Électricité

Ecrit par: / Publié le : (mis à jour le 13 juillet 2017) / Pas de commentaire

L’électricité fait partie de ces éléments que l’on utilise quotidiennement sans s’en rendre compte. Très discrète la plupart du temps, elle est pourtant une part indispensable de la vie domestique et matérielle. Mais savez-vous d’où vient l’électricité qui éclaire vos logements ? Comment a-t-elle été produite ? Comment est-elle vendue et à qui ? Les moteurs de recherches regorgent de comparateurs de fournisseurs d’électricité : cette énergie, autrefois strictement réglementée, se vend désormais à prix de marché, dont le cours varie à la hausse ou la baisse selon la concurrence et l’évolution des taxes.

Les meilleurs offres et fournisseurs d’électricité en quelques clics avec les conseillers Agence France Electricité au 09 72 50 77 40 du lundi au vendredi 8h30 /21h et le samedi de 9h à 19h

Si du point de vue technique dans les bâtiments, les schémas électriques restent inchangés : le marché et de le paysage de l’électricité sont en constante évolution : tarifs, sources, transition énergétique, souscription, résiliation, changement de fournisseur, objets connectés, l’univers électrique tel que nous le connaissions, avec ses tarifs réglementés appliqués la gouvernance d’EDF a bel et bien disparu.

L’électricité est, par définition, l’énergie produite par les électrons (le grec êlektron, signifiant ambre jaune). L’histoire de l’électricité remonte bien avant les découvertes de Thomas Edison.
Les effets de l’électricité et du magnétisme ont été découverts tôt dans l’histoire de l’humanité par les Anciens Grecs. L’un d’entre eux, Thales de Milet, fut le premier à observer et anoter les effets de l’électricité statique et du magnétisme en 600 av. J.-C..

Aujourd’hui en France, ce sont 35 millions de compteurs électriques qui sont déployés et qui assurent l’éclairage et le chauffage des foyers. En 40 ans, la consommation d’électricité a augmenté de 280%.

La consommation d’électricité en France

Le saviez-vous ? Les Français consomment en moyenne deux fois moins d’électricité que les Américains. En France en 2016, ce sont 531,3 TWh (térawatt-heure) d’électricité qui ont été consommés. En France, 50% de l’énergie produite alimente nos besoins en énergie domestique (chauffage, éclairage, électroménager). Besoins qui ne cessent de croître, avec le développement et la diversification des appareils électroménagers et des objets connectés. Cela représente 4272 kWh par site résidentiel (incluant les résidences secondaires comme site résidentiel), soit environ 5000 kWh par foyer. Quid de la facture d’électricité ?

La facture d’électricité annuelle moyenne des Français

Sachant que la consommation moyenne annuelle d’un foyer français est de 4763 kWh et que la plupart des foyers disposant d’un compteur de 6 kVA et sont au tarif bleu d’EDF, la facture moyenne (Consommation + abonnement) est de :

  • 764,66 € TTC avec un compteur Base (pour un prix du kWh à l’unité de 0,14490 € TTC) ;
  • 780,00 € avec un compteur en heures pleines heures creuses (réparties en 54% d’heures pleines et 46% d’heures creuses) pour un prix du kWh à l’unité de 0,127000 € TTC en heures creuses et 0,15600 € TTC en heures pleines.

L’énergie représente environ 8,4 % des dépenses des ménages en France, soit presque autant que les sorties et achats culturels, les divertissements et les vêtements.

Le mix énergétique en France

En France, si les énergies vertes sont de plus en plus commercialisées et tendent à se généraliser, la production électrique à l’échelle nationale est encore largement dominée par l’énergie nucléaire qui représente près des trois quarts de la production totale. Conséquence directe du déploiement du programme nucléaire civil entre 1958 et 1970 et des décisions qui ont suivi, et qui explique la composition du mix énergétique actuel.

Qu’est-ce que le mix énergétique au fait ? Cette expression désigne simplement la la répartition des différentes sources d’énergie (nucléaire, hydroélectrique, éolien, solaire, etc.) qui sont utilisées pour produire de l’électricité (ou une autre énergie). Il n’existe pas de mix énergétique par défaut dans le monde, chaque pays ayant des besoins en énergie spécifiques et des ressources différentes. Afin de satisfaire leurs besoins en énergie, chaque état utilise dans des proportions différentes les sources d’énergie, en produisant au niveau local ou par importation.
Un mix énergétique plutôt original alors que près de 70% de la production électrique mondiale est dominée par les énergies fossiles. Le système de production nucléaire, généralisé à la suite du premier choc pétrolier de 1973 afin de réduire la dépendance énergétique, permet de couvrir une grande partie de la consommation française mais aussi d’exporter du courant électrique en Europe. Aujourd’hui, il existe 19 centrales nucléaires en France pour 58 réacteurs.

La production d’électricité en France

Elle jaillit de nos lampes, fait fonctionner nos appareils électroménagers, défile en kWH sur notre compteur. D’où vient donc l’électricité que nous consommons tous les jours ? Avant d’arriver dans nos logements, l’électricité est produite, plus distribuée, dans un circuit fermé.
Secteur industriel capitale, la production d’électricité est à l’heure actuelle majoritairement d’origine nucléaire, est divisée entre trois acteurs principaux. Qui sont les producteurs d’électricité français ? Quel est leur rôle ? Quelle est la différence fournisseurs d’électricité ? Étudions-les de plus près.

Les trois principaux producteurs d’électricité en France sont EDF, Engie (ex-GDF Suez) et E.On.

EDF

Sans surprise, EDF (Électricité de France) est le premier producteur d’électricité en France et dans le monde par les quantités d’électricité produites. Il exploite le premier parc de production nucléaire mondial. Créé au sortir de la Seconde Guerre mondiale, en 1946, il s’agit d’une société anonyme (SA) dont le capital est détenu à 84,5% par l’État français.

La production électrique d’EDF au niveau mondial se répartit comme suit (chiffres 2014) :

  • 54% d’énergie nucléaire,
  • 16% d’énergie hydraulique,
  • 16% de thermique fossile hors gaz,
  • 9% de cycle combiné gaz et cogénération
  • 5% d’énergies renouvelables (autres).

Le chiffre d’affaires du groupe français était de 75,59 milliards d’euros en 2013, dont 39,9 milliards d’euros en France.

Engie, anciennement GDF-Suez

Deuxième producteur d’électricité en France et dans le monde, Engie (ex-GDF-Suez) est également le troisième plus grand groupe mondial dans le secteur de l’énergie (hors pétrole). Initialement producteur de gaz naturel, Engie fait coup double en ajoutant la production d’électricité à son panel d’activités. Activité qui a été permise grâce au rapprochement avec l’entreprise d’électricité britannique International Power en 2010  plus de 50 centrales électriques dans le monde). En France, Engie exploite près d’un quart du parc de production hydraulique. Acteur clé de la transition énergétique : 40% de sa production est issue de l’énergie hydraulique, soit près de 50% pour les énergies renouvelables.

E.On

Originaire d’Allemagne et résolument européenne, E.On est le résultat de la fusion des groupes allemands Veba et Viag en l’an 2000. Comme de nombreuses entreprises, E. On a vu dans l’ouverture du marché à la concurrence le moment opportun pour s’imposer sur le marché de l’énergie français au moment de l’ouverture à la concurrence. Le rachat de la Société Nationale d’Électricité et de Thermiques (SNET) en 2008 lui a permis d’investir la production électrique d’origine thermique.

EDF, fournisseur historique d’électricité en France

Difficile d’aborder le sujet de l’électricité en France sans mentionner EDF. Ancien établissement public en situation de monopole, Electricité de France a été pendant plus de soixante ans l’entreprise de référence en matière de fourniture et de commercialisation d’électricité. Une centralisation cristallisée par le célèbre Tarif Bleu, toujours disponible à souscription, et l’abonnement de 9 Français sur 10 en 2017.

EDF en chiffres :

  • 1er électricien mondial ;
  • 37,6 millions de clients dans le monde ;
  • 71,2 milliards d’euros de chiffre d’affaire ;
  • 619,3 TWh de production d’électricité ;
  • 154 845 collaborateurs en France et à l’étranger ;
  • 12,6 milliards d’euros investis en 2015 ;

EDF est désormais une société anonyme cotée en bourse, même si son capital est majoritairement détenu par l’Etat. Aux côtés d’EDF de nombreux fournisseurs d’électricité concurrents ont fait leur apparition au rythme de l’ouverture du marché, d’abord sur le segment des grands comptes, puis sur celui des professionnels, puis sur celui des particuliers.

L’ouverture du marché à la concurrence n’a pas été sans conséquences pour l’ancien fournisseur historique, qui a vu deux de ses trois tarifs réglementés disparaître en 2015 : les tarifs Vert et Jaune, réservés aux consommateurs professionnels (avec un compteur d’une puissance supérieure à 42 kVA jusqu’à 250 kVA), ont été supprimés au 31 décembre 2015. Les clients professionnels abonnés à ce tarif ont dû rebasculer vers une offre de marché.

Afin de ne pas se laisser distancer, EDF a ajouté la fourniture d’électricité verte et deux offres de gaz naturel à son catalogues de prestations, faisant de lui un fournisseur alternatif, au même titre qu’Engie.

Les fournisseurs alternatifs, nouveaux acteurs de l’électricité

L’ouverture du marché à la concurrence a permis l’émergence et l’implantation sur le marché des fournisseurs alternatifs, concurrents des fournisseurs historiques, qui proposent de l’électricité à prix de marché (fixés librement). Parmi ces fournisseurs, on trouve notamment :

  • Engie (ex-GDF-Suez) devenu fournisseur d’électricité en plus du gaz naturel, dont il continue de proposer les tarifs réglementés du gaz nature
  • Direct Energie
  • Lampiris
  • eni, qui fait d’une pierre deux coups en commercialisant ses offres de gaz naturel en France et en devenant fournisseur d’électicité
  • Enercoop
  • Planète OUI
  • Antargaz
  • Happ-e by Engie
  • Alterna
  • Proxelia
  • … EDF ! L’ancien fournisseur historique d’électricité s’est reconverti dans la fourniture d’offres de marché, de gaz naturel, ainsi que d’offres d’énergie verte.

Si certains fournisseurs, comme Direct Energie, ont vu le jour avec le déclin des monopoles des anciens fournisseurs historiques, d’autres, d’origine étrangère (eni, Lampiris), ont profité de l’ouverture du marché et des directives mises en place par l’Union Européenne pour intégrer le marché français.

Au 31 décembre 2014, selon la CRE, les fournisseurs alternatifs vendaient déjà 7,4% des volumes d’électricité sur le segment résidentiel (particuliers) et 21,5% sur le segment non-résidentiel (professionnels et sites industriels). Les offres des fournisseurs alternatifs concernent désormais plus de 3,5 de sites de consommation, tous profils confondus (particuliers, professionnels, entreprises, collectivités)

Ce qui change avec les fournisseurs alternatifs

Les fournisseurs alternatifs se différencient d’EDF seulement en termes de services, d’offres et de prix : leurs offres peuvent être à prix fixes (sur une ou plusieurs années) ou indexés (sur les tarifs réglementés) en appliquant une remise sur le prix du prix du kWh d’électricité (Direct Energie, Lampiris, eni…) ou de l’abonnement (Planète OUI). Là où les fournisseurs alternatifs peuvent fixer librement leurs tarifs, les fournisseurs historiques sont les seuls à pouvoir proposer à la souscription les tarifs réglementés de l’électricité et du gaz en France, dont les prix dépendent des plusieurs grandes instances gouvernementales et de la CRE.

Ce qui ne change pas

La qualité de l’électricité. De nombreux consommateurs craignent de changer de fournisseur de peur de se voir fournir de l’électricité de moindre qualité, mais il n’en est rien. Les fournisseurs alternatifs proposent la même électricité que le fournisseur historique EDF, puisqu’elle est livrée par le gestionnaire de réseau indépendant Enedis. La qualité de l’électricité qui arrive chez vous est la même : seul son prix change. Tout comme le fournisseur historique, leurs offres sont également sans engagement, et la résiliation est sans frais et sans délai.

Les 4 pôles du marché de l’électricité en France

Production

La production d’électricité en France est assurée à 95% par les trois acteurs cités ultérieurement : EDF, Engie et E.On. Tout comme les fournisseurs d’énergie, les producteurs d’électricité sont en concurrence en vue de proposer les meilleurs tarifs de vente de gros de l’énergie.

Transport

Une fois produite, l’électricité est transportée jusqu’au lieu de distribution. Cet acheminement, qui, utilise les grands axes du réseau électrique est assuré par RTE (Réseau de Transport d’Électricité), gestionnaire de réseau public chargé des infrastructures de transport (construction, entretien, gestion, etc.). RTE a aussi la charge du contrôle de l’équilibre global du système électrique et de l’effacement de la consommation énergétique, que propose EDF à ses abonnés avec les options Tempo et EJP. En France, RTE n’est pas un organisme indépendant, mais exerce un monopole régulé par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE).

Distribution

il s’agit de distribuer aux clients finaux l’électricité qui est acheminée grâce aux grandes lignes du réseau. En grande majorité, la distribution de l’électricité est assurée par Électricité Réseau Distribution France (Enedis, anciennement ERDF) ou par des Entreprises Locales de Distribution (ELD). Comme pour le gestionnaire de réseau de transport, les gestionnaires de distribution d’électricité exercent des monopoles régulés par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE). Ils sont en charge de la maintenance et du développement du réseau électrique, cela inclut la relève et l’entretien des compteurs, les interventions en cas de problème sur les installations électriques, les demandes d’attestations Consuel, etc.

Commercialisation

Dernière chaîne du maillon, la commercialisation est l’activité de vente d’électricité aux consommateurs finaux et la vente au détail de l’électricité. Les fournisseurs achètent l’électricité sur le marché de gros (sur des bourses comme l’Epex Spot, de vis à vis intermédié ou directement) aux producteurs avant de la revendre aux consommateurs. Le marché de l’électricité est ouvert à la concurrence : depuis 2007, les anciens fournisseurs historiques et les fournisseurs alternatifs se disputent la commercialisation de l’électricité des particuliers et professionnels.
Autre différence notable : autrefois réalisées par téléphone, la commercialisation et la souscription des contrats d’abonnements à l’électricité peut désormais se faire en ligne, via les sites Internet des fournisseurs. Numérisation des services oblige, quelques clics suffisent à présent pour souscrire chez un fournisseur et mettre l’électricité en service chez soi suite à un changement d’adresse.