Les producteurs d’électricité en France

Ecrit par: / Publié le : (mis à jour le 17 juillet 2017) / Pas de commentaire

Qui est le plus grand producteur d’électricité dans le monde ? Qui sont les producteurs d’électricité photovoltaïque ? Les producteurs d’électricité indépendants ? Les fournisseurs d’énergie sont chargés de la commercialisation de l’électricité, qui est le dernier maillon de la chaîne des valeurs de l’électricité. Pour la majorité de leurs besoins et de leurs demandes d’information, les foyers consommateurs de gaz naturel continuent à ne traiter qu’avec un seul interlocuteur, à savoir leur fournisseur. Pour autant, EDF et ses concurrents les principaux fournisseurs alternatifs comme Engie, Direct Energie ou Eni sont très loin d’être les seuls acteurs de l’électricité en France.

Faire des économies sur sa facture d’électricité, c’est possible avec les conseillers Agence France Electricité : 09 72 50 77 40 (du lundi au vendredi de 8h30 à 21h, le samedi de 9h à 19h).

Dans cet article, vous trouverez la liste des producteurs d’électricité en France, lesquels peuvent également être producteurs de gaz. Qui sont les 10 plus gros producteurs d’électricité dans le monde ? À combien s’élevait la production d’électricité en france 2015 ? La répartition de la production d’électricité en France a-t-elle changé depuis l’ouverture du marché à la concurrence ?

Les producteurs d’électricité en France

D’où vient l’énergie produite en France ?

Le mix énergétique français est majoritairement nucléaire. Une prédominance qui s’explique par les conséquences directes de la crise de Suez en 1956. L’un de ces conséquences fut le développement du programme nucléaire français, afin de garantir l’indépendance énergétique du pays en cas de crise internationale. Bien que sévèrement ébranlée par la catastrophe de Fukushima en 2011, l’industrie nucléaire française continue d’être la première source de production d’électricité. Selon RTE (Réseau de Transport d’Électricité), en 2012, la production nette d’électricité s’élevait à 541,4 TWh. Cette production se décompose de la manière suivante:

  • les centrales nucléaires produisent 404,9 TWh d’électricité (soit 74,8 % de l’électricité produite),
  • les centrales hydrauliques 63,8 TWh (11,8 %),
  • les centrales thermiques classiques 47,9 TWh (8,8 %),
  • l’éolien 14,9 TWh (2,8 %),
  • les panneaux photovoltaïques 4 TWh (0,7 %),
  • les autres énergies renouvelables (hydraulique, éolien,etc) 5,9 TWh (1,1 %).

Secteur industriel d’importance, la production d’électricité permet à tous les Français d’être approvisionnés selon leurs besoins et à chaque moment du jour et de la nuit. Si certains fournisseurs d’électricité sont également producteurs, ce n’est pas le cas de tous. Leur place sur la chaîne de valeur électrique est différente, voire opposé : les producteurs sont présents dès le processus de fabrication (nucléaire ou renouvelable) tandis que les fournisseurs terminent de l’acheminer au consommateur final via la commercialisation d’offres de fourniture.

EDF

Le premier énergéticien de France est également producteur mondial d’électricité, et pas des moindres. EDF (Électricité de France) est le premier producteur d’électricité en France et dans le monde par les quantités d’électricité produites. Il exploite le premier parc de production nucléaire mondial. Créé au sortir de la Seconde Guerre mondiale, en 1946, il s’agit d’une société anonyme (SA). Son capital est détenu à 84,5% par l’État français.

La production électrique d’EDF au niveau mondial se répartit comme suit (chiffres 2014) :

  • 54% d’énergie nucléaire,
  • 16% d’énergie hydraulique,
  • 16% de thermique fossile hors gaz,
  • 9% de cycle combiné gaz et cogénération,
  • 5% d’énergies renouvelables (autres).

Le chiffre d’affaires du groupe français était de 75,59 milliards d’euros en 2013, dont 39,9 milliards d’euros en France. Le parc nucléaire d’EDF est composé de 58 centrales nucléaires. Afin d’encourager la production des énergies renouvelables et de diversifier le mix énergétique français, la loi de transition énergétique plafonne la capacité du parc nucléaire français à 63,2 GW. C’est notamment pour cette raison qu’EDF s’implique dans la transition énergétique ajoutant à son Tarif Bleu les offres Renouvelables (électricité verte), Avantage Gaz (gaz naturel) et Avantage Gaz Durable (gaz naturel biométhane.

E.ON

Résultat de la fusion des groupes allemands Veba et Viag en l’an 2000, E.On est une société d’origine allemande et résolument européenne. Elle fait partie des nombreuses entreprises à s’être imposée sur le marché de l’énergie français au moment de l’ouverture à la concurrence. En 2008, E.On a racheté la Société Nationale d’Électricité et de Thermiques (SNET) ce qui lui a permis d’investir la production électrique d’origine thermique.

Engie (ex-GDF-Suez)

Ancien fournisseur historique de gaz naturel, Engie (ex-GDF-Suez) est également deuxième producteur d’électricité en France et dans le monde. Il est également le troisième plus grand groupe mondial dans le secteur de l’énergie (hors pétrole).

Principalement spécialisé dans la production de gaz naturel, l’énergéticien a dopé sa production électrique en se rapprochant de l’entreprise d’électricité britannique International Power en 2010 qui détient plus de 50 centrales électriques dans le monde. Dans l’Hexagone, Engie exploite près d’un quart du parc de production hydraulique. L’énergie hydraulique représente près de 40% de sa production ; c’est 50% pour les énergies renouvelables.

La Compagnie Générale du Rhône

1er producteur français d’énergie exclusivement renouvelable, la CNR est un producteur français détenu :

  • à 49,97% par Electrabel (groupe GDF-Suez)
  • à 33,20% par la Caisse des Dépôts
  • à 16,83% par les collectivités locales dont 5,38% détenues par le Conseil Général des Bouches du Rhône.

Grâce à ses nombreuses installations de production hydroélectriques (19 barrages sur l’ensemble du territoire métropolitain), la CNR est le deuxième producteur d’électricité sur le territoire français après EDF (qui exploite essentiellement des centrales nucléaires) et devant la SNET (spécialiste des centrales au charbon).

Les particuliers

Dans un contexte de transition énergétique et d’épuisement des ressources naturelles, les fournisseurs encouragent les consommateurs particuliers à produire leur propre électricité, c’est l’auto-consommation. Installation de panneaux solaires photovoltaïque, aérovoltaïques, d’éolienne, chauffe-eau solaire ou système mixte d’auto-consommation… 

La Smartflower d’EDF par exemple, tournesol gris métallisé de 4 mètres de haut, assure une production annuelle de 3 400 kWh à 6 200 kWh (la consommation moyenne d’un appartement de 30m2), selon la région d’implantation, pour une puissance nominale de 2,31 kWc à 3,2 kWc.

Les particuliers qui investissement dans un équipement d’autoconsommation ont le choix entre consommer directement l’énergie produite ou la revendre à EDF sur le principe d’obligation d’achat (OA). Crée en 2011, ce dispositif requiert d’un opérateur de réseau qu’il achète l’électricité d’installations productrices d’énergie nommées à travers un contrat intitulé « obligation d’achat ». Actuellement, seuls deux fournisseurs sont concernés : EDF et Enercoop (le “pure-player” de l’énergie verte). Pour la revente totale de l’électricité produite (le client achète un générateur photovoltaïque et revend la totalité de sa production) les tarifs sont suivants :

  • pour une installation < ou égale à 3kWc = 18,7 cts€/ kWh
  • pour une installation entre 3 et 9 kWc = 15,89 cts€/ kWh
  • pour une installation entre 9 et 36 kWc = 12,07 cts€/ kWh
  • pour une installation entre 36 et 100 kWc = 11,5 cts€/ kWh

Les consommateurs qui décident d’utiliser l’électricité produite dans leur logement doivent pour cela relier leurs installations de production d’électricité à leur installation électrique. Afin de leur accompagner, un nouvel arrêté tarifaire solaire photovoltaïque vient d’être publié au Journal Officiel le 10 mai 2017. Cet arrêté tarifaire relatif aux installations d’une puissance inférieure à 100 kWc :

  • fixe les tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque en revente totale pour un contrat de 20 ans ;
  • instaure une prime à l’investissement pour les installations en autoconsommation avec revente de surplus.

Les producteurs d’électricité dans le monde

Place Nom de l’entreprise Pays d’origine Date de création Puissance installée
1. China Huaneng Group Chine 1985 151 gigawatts
2. EDF France 8 avril 1946 134,2 gigawatts
3. Engie (ex GDF Suez) France 22 juillet 2008 115,3 gigawatts
4. China Datang Chine 2002 113,8 gigawatts
5. Enel Italie 27 novembre 1962 96,1 gigawatts
6. E.On Allemagne 16 juin 2000 46,5 gigawatts
7. Kepco (Korea Electric Power Corporation) Corée du Sud 1961 66,9 gigawatts
8. Tepco (Tokyo Electric Power) Japon 1er mai 1951 63 gigawatts
9. Iberdrola Espagne 1992 45,2 gigawatts
10. RWE Allemagne 1898 40 gigawatts

Foire aux questions

Comment devenir producteur d’électricité ?

Vous souhaitez vous lancer dans l’auto-consommation ? Plusieurs solutions :

  • Vous faites une demande de certificat ouvrant droit à l’obligation d’achat auprès de la Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement (DREAL) ou pour l’Ile de France de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie (DRIEE) dont vous dépendez. Cette demande peut être effectuée en ligne, sur le site de la DREAL de votre région.
  • Vous contactez EDF Obligation d’Achat pour lui demander un contrat d’achat. Toutes les demandes complètes de raccordement déposées à compter du 11 Mai 2017 pour les installations d’une puissance inférieure à 100 kWc et sur bâtiment uniquement ouvrent droit à un contrat d’achat nommé S17. Pour toutes les autres installations, vous reporter aux appels d’offres proposés par la Commission de Régulation de l’Energie.

Vaut-il mieux consommer ou revendre son électricité ?

Lorsque vous souscrivez à un contrat EDF OA, vous pouvez choisir de consommer l’électricité nécessaire à vos besoins en éclairage et chauffage, et revendre le surplus à EDF, ou revendre la totalité de l’électricité produite. Si l’on fait un calcul purement économique, il est plus rentable de revendre en totalité son électricité solaire et d’utiliser pour sa consommation personnelle l’électricité normale que de revendre uniquement son surplus. Si l’on regarde l’aspect écologique, même constat : il semble plus raisonnable d’utiliser le solaire pour sa propre consommation, en revendant le surplus.

Pour comprendre qui sont les gestionnaires du réseau électrique, tous nos dossiers sur :