Consommation d’énergie : comment faire des économies ?

Ecrit par: / Publié le : (mis à jour le 18 juillet 2017) / Pas de commentaire

Comment faire des économies d’énergie dans une maison ? Entre les économies d’énergie électrique, de chauffage, comment faire au quotidien, alors que les besoins en électricité ne cessent d’augmenter dans les foyers, du fait de la multiplication des appareils électriques ? Pourtant, dans un contexte de transition énergétique, réduire la consommation d’énergie est un enjeu financier et environnemental pour de nombreux ménages.

Réduire sensiblement ses factures d’énergie tous les mois, c’est possible avec Agence France Electricité : démarches et souscription au 09 72 50 77 40. Nos conseillers vous orientent vers les meilleurs tarifs et fournisseurs du lundi au vendredi de 8h30 à 21h et le samedi de 9h à 19h.

Que l’on soit impliqué dans une démarche de réduction des dépenses ou de l’impact environnemental, cela passe par une meilleure maîtrise de la consommation d’énergie. Par définition, faire des économies d’énergie ne veut pas signifie pas des investissements lourds et des travaux de rénovation, il peut s’agir de quelques gestes simples, qui, à long-terme, peuvent faire la différence sur les notes de chauffage et d’électricité. Comment faire des économies au quotidien sur ses factures ?

Faire des économies sur sa consommation d’électricité

On estime entre 23,5 à 36,2 € /m²/an la consommation d’électricité pour un logement de 50m2 avec le Tarif Bleu d’EDF (l’abonnement à l’électricité le plus courant chez les particuliers en 2017). ll s’agit d’une estimation, établie En fonction des caractéristiques pour un logement d’une taille donnée, de la plus basse (bonne isolation, occupants absents la journée) à la plus élevée (mauvaise isolation, plus de personnes dans le foyer, présence des occupants au fil de la journée, etc.).

Si certaines caractéristiques peuvent varier selon les logements (nombre d’occupants, présence dans le logement, etc), on retrouve souvent les mêmes équipements et les mêmes postes de consommation et sources déperditions énergétiques. Nous allons les étudier un à un et voir comment économiser de l’énergie sur chacun d’entre eux.

L’éclairage

Premier poste de consommation d’électricité, l’éclairage dans un logement est difficilement réductible, notamment en période automne / hiver. Pourtant, quelques habitudes simples existent qui ne demandent pas de s’éclairer à la bougie et permettent de réduire sensiblement la facture d’électricité :

  • Éteindre la lumière et les appareils électriques (TV, Hi-fi, ordinateur…) lorsqu’ils ne sont pas utilisés.
  • Placer les luminaires à des endroits stratégiques afin de les optimiser : plan de travail de la cuisine, bureau, coin lecture, miroir de la salle de bain, etc. Une meilleure disposition
  • En parlant de coin lecture, placez-le le plus près possible d’une fenêtre afin de profiter de la lumière naturelle le plus longtemps possible. La lumière permet de réduire nos dépenses d’électricité de 30% à 50%
  • Dépoussiérer les lampes et abat-jour pour une meilleure luminosité. Pour enlever la poussière des abat-jours, utilisez les brosses adhésives qui servent à nettoyer les vêtements.
  • Remplacer toutes les ampoules de son logement par des modèles LEDs, moins énergivores.

Les appareils électriques

Les appareils électriques et électroménagers sont très gourmands en énergie, même en veille. La palme d’or revient au four, avec plus de 1000 kWh par an, c’est de loin l’appareil domestique qui pèse le plus lourd dans la facture électrique. Les dix appareils qui consomment le plus dans un logement sont les suivants :

  • Le four donc, avec une consommation de plus de 1000 kWh en moyenne par an, c’est bien l’appareil électroménager qui consomme le plus dans les maisons !
  • Le chauffe-eau et les radiateurs. Entre 1 tiers et la moitié de la population se chauffe à l’électricité ce qui représente une consommation de 1000 kWh par an en moyenne par foyer.
  • La table de cuisson. Une nouvelle fois, tous les ménages français ne sont pas concernés, mais ceux qui en sont équipés doivent savoir qu’une plaque consomme entre 500 et 1000 kWh par an.
  • Un climatiseur consomme entre 500 et 1000 kWh par an en moyenne.
  • Le sèche-linge. Si le modèle est récent, il peut consommer en moyenne 350 kWh par an. Évidemment, plus celui-ci est ancien et plus ce chiffre grimpe !
  • Le réfrigérateur-congélateur. Les vieux modèles consomment entre 200 et 500 kWh par an. Les plus récents, quant à eux, nécessitent entre 125 et 250 kWh par an.
  • Le lave-vaisselle. Avec une moyenne de 250 kWh par an, ils permettent tout de même de consommer moins d’eau qu’une vaisselle à la main.
  • Le lave-linge. Un appareil électroménager qui utilise moins de 200 kWh par an en moyenne. Et encore une fois, avec les évolutions techniques, ce chiffre ne cesse de diminuer.
  • L’ordinateur, téléviseur et boitier internet. Chacun d’entre eux consomme entre 130 et 200 kWh par an. Les deux plus gros consommateurs sont le téléviseur et le boitier Internet avec 150 kWh, suivi par l’ordinateur avec moins de 100 kWh.

Pour faire des économies d’énergie au quotidien :

  • Optez pour un four à chaleur tournante, moins énergivore, et plus performant. Dans la mesure du possible, débranchez-le quand vous ne vous en servez pas.
  • Faire de même avec les appareils plutôt que de les laisser en veille. Leur consommation en veille peut représenter jusqu’à 10% de la facture d’électricité hors-chauffage.
  • Débranche les appareils électriques lorsqu’ils ne sont pas utilisés : chargeur de portable, d’ordinateur, petit électroménager,
  • Pour vos achats d’électroménager, téléchargez l’application mobile EcoGator, et trouvez les modèles les plus économes en énergie disponibles sur le marché de l’électroménager, des TV et des ampoules. Cette application vous permet de faire des économies d’énergie au quotidien à moindres frais. Elle propose un calculateur simple pour comparer différents produits. ecoGator est la première Appli capable de lire et traiter les informations de l’étiquette énergie en utilisant l’appareil photo de votre Smartphone.
  • Rentabilisez vos heures creuses si vous êtes en option tarifaire HC/HP en programmant vos appareils électroménagers pour démarrer durant les plages horaires où le prix du kWh d’électricité est moins cher
  • Dans la cuisine, éloignez les sources de production de froid de celles de chaleur : la proximité du four près du réfrigérateur contraint ce dernier à consommer davantage d’électricité afin de rester à température.
  • Pendant la cuisson, couvrez vos casseroles et remplacez-les si possible par une cocotte-minute.
  • Préférez la bouilloire à la casserole pour faire chauffer l’eau,
  • Utilisez des multiprises pour vos appareils, qui permettent de brancher / débrancher plusieurs appareils à la fois.

Le chauffage

De nombreux logements utilisent le chauffage électrique au lieu du gaz naturel : en France,

  • Les derniers modèles de chauffe-eau électrique sont pourvus de résistances stéatite ou encore d’une intelligence embarquée, deux innovations qui permettent de réaliser d’importantes économies d’énergie.
  • Veillez à maintenir une température ambiante de 19°C dans les pièces. Au-delà, c’est 7% d’énergie consommée par degré supplémentaire
  • Entretenez vos radiateurs : dépoussiérez et purgez-les régulièrement pour améliorer leur efficacité.
  • Placez des robinets thermostatiques sur vos radiateurs ; ces dispositifs permettent de réguler la température en fonction de l’activité de la pièce.
  • Évitez de bloquer la diffusion de la chaleur en plaçant des meubles devant vos radiateurs ou en les couvrant.
  • Pour chauffer l’eau sanitaire (douche et bain), une température de 55°C / 60 °C pour maximum le chauffe-eau est conseillée.

Faire des économies sur sa consommation de gaz

Même si la part que représente le chauffage dans les dépenses énergétiques des foyers est en baisse constante depuis plusieurs années, il reste tout de même le plus gros consommateur d’énergie domestique, totalisant environ 62 % des dépenses. Réduire sa consommation de gaz liée au chauffage est donc crucial pour qui veut réduire sa facture de gaz.

Le chauffage

  • le chauffage de l’eau représente 14% des dépenses énergétiques dans un foyer, et mobilise une quantité non négligeable de la consommation totale de gaz domestique. Pensez à bien calorifuger votre ballon d’eau chaude
  • Adaptez la taille de votre ballon en fonction de vos besoins en consommation : si vous vivez seul(e), un modèle de petite taille suffira parfaitement
  • Tout comme le compteur électrique, le chauffe-eau n’a pas besoin de continuer à tourner dans un logement vide. Un weekend à la campagne ? Des vacances ? Pensez à l’éteindre avant de partir.
  • D’une manière générale, diminuer sa consommation d’eau chaude est le meilleur moyen de réduire sa consommation de gaz naturel. Équipez votre salle de bain d’une douchette ou de mousseurs hydroéconomes, qui permettent de réduire sensiblement sa consommation d’eau
  • L’installation d’un mitigeur simple ou thermostatique peut vous permettre de baisser votre consommation d’eau de 30 %.

La cuisson

La cuisson représente à elle seule 7 % des dépenses d’énergie d’une maison ou d’un appartement. Pourtant, de nombreuses astuces permettent de réduire la consommation de gaz en cuisine.

  • Entretenez votre table de cuisson : des plaques nettoyées et dégraissées régulièrement ont une meilleure efficacité et évitent les excès de consommations de gaz.
  • La couleur des flammes est un indicateur : bleue ? Tout va bien. Jaune ? Manque d’oxygène, vérifiez que vos brûleurs ne sont pas obstrués.
  • Couvrez vos casseroles pendant la cuisson : votre consommation de gaz s’en trouvera divisée par 3.
  • Variez les ustensiles en fonction des besoins : une cocotte-minute est 60% plus économes qu’une casserole.
  • Le gaz naturel est moins cher que le gaz propane. Entre le coût de la cuve et le remplissage, le gaz naturel augmente mais demeure beaucoup plus rentable que le propane. Si votre logement n’est pas raccordé au réseau mais utilise tout de même du gaz, commandez-le entre Mai et Septembre (tarif réduit pendant la saison basse)

Le choix du fournisseur d’énergie

Outre les tarifs réglementés de l’électricité et du gaz, il existe désormais des offres de marché, dont les prix sont fixés par les fournisseurs eux-mêmes, qui peuvent être fixes ou indexés sur les tarifs réglementés. Les fournisseurs alternatifs comme Direct Energie, Planète OUI, Lampiris, eni, Energem, etc proposent des offres appliquant des remises sur le prix de l’abonnement ou le prix du kWh, un excellent de réduire ses factures d’énergie tout en gardant la même qualité de fourniture qu’avec les tarifs réglementés.

  • Le fournisseur Planète OUI par exemple, propose une offre d’électricité 100% renouvelable, dont le prix à l’abonnement peut aller jusqu’à -20% par rapport à celui du tarif réglementé EDF.
  • Toujours dans la catégorie des fournisseurs d’énergie verte, Lampiris propose de l’électricité et du gaz naturel à un tarif très compétitif : jusqu’à 10% de remise sur le prix du kWh d’électricité et 13% sur celui de gaz,
  • Avec son offre Online, Direct Energie applique une réduction de 10% sur le prix du kWh d’électricité et de gaz.

À l’exception d’Happ’e by Engie, les offres des anciens fournisseurs affichent rarement des remises aussi élevées. En revanche, EDF et Engie s’investissent dans la domotique connectées : Sowee, la station connectée d’EDF,  Netatmo, le thermostat intelligent d’ENGIE, et autres outils de pilotage et de gestion de la consommation d’énergie sont au coeur des innovations visant à réduire la consommation d’électricité et de gaz dans les foyers.

Les bilans énergétiques / les DPE

Les particuliers qui louent ou achètent un logement se voient remettre un diagnostic de performance énergétique avec le contrat de bail. Le diagnostic de performance énergétique (DPE) renseigne sur la performance énergétique d’un logement ou d’un bâtiment, en évaluant sa consommation d’énergie et son impact en terme d’émissions de gaz à effet de serre.

Il s’inscrit dans le cadre de la politique énergétique définie au niveau européen afin de réduire la consommation d’énergie des bâtiments et de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Les étiquettes (de A à G) et le code couleur (vert à rouge)

Les travaux de rénovation énergétique

L’isolation d’un logement est primordiale pour empêcher les déperditions calorifiques et les nuisances sonores. Un logement correctement isolé doit assurer une ventilation suffisante et garantir le confort thermique et sonore de ses occupants. L’isolation concerne notamment :

  • La toiture
  • Les combles perdus ou habités
  • Les murs
  • Les sols
  • Les fenêtres
  • Les ponts thermiques

Afin d’encourager les consommateurs à entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leurs logements, l’État a mis en place un certain nombre de subventions pour financer ce type d’investissement.

Ces aides sont accordées par différents organismes, et peuvent être cumulables ou non :

  • Les aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah)
  • L’éco-prêt à taux zéro
  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : 30 % de réduction sur le coût des travaux éligibles qui sont crédités sur l’avis d’imposition.
  • L’exonération de la taxe foncière pour les propriétaires de logements, occupants ou bailleurs qui entreprennent des travaux de rénovation énergétiques.
  • Les aides des fournisseurs d’énergie ou Certificats Économies d’Énergie (CEE)
  • La TVA à 5,5% pour les propriétaires, locataires ou sociétés civiles immobilières qui font faire des travaux de rénovation énergétique.
  • Le chèque énergie pour aider les foyers aux revenus les plus modestes à payer leurs factures d’énergie. Il remplace les tarifs sociaux de l’énergie (le Tarif de Première Nécessité et le Tarif Spécial de Solidarité) ;

Le crédit d’impôt à 30 % et l’éco-prêt à taux zéro sont cumulables depuis 2012. Cependant, en 2017, ce cumul n’est plus soumis à des conditions de ressources. Avant cette date, seuls les particuliers à revenus modestes pouvaient prétendre au cumul de ces deux aides.