Comment gagner en efficacité énergétique chez soi ?

Comment rendre son logement moins énergivore ? Comment optimiser la performance de son électroménager et de ses appareils de production de chauffage et d’eau chaude sanitaire ? Transition énergétique ou sécurité économique, les raisons de vouloir gagner en efficacité énergétique chez soi sont aussi nombreuses qu’elles sont légitimes : les dépenses d’énergie représentent presque 9% du budget des ménages. En France, ils sont quelques 5 millions de foyers à souffrir de précarité énergétique, alors que les tarifs de l’électricité et du gaz sont en hausse depuis plusieurs années.

Faire des économies tous les mois sur vos factures d’électricité et de gaz naturel, c’est possible avec Agence France Electricité : nos conseillers vous répondent et vous guident pour choisir le meilleur fournisseur au 09 72 50 77 40 (du lundi au vendredi de 8h30 à 21h, samedi : 9h / 19h).

Face à cela, améliorer la performance énergétique de son logement est devenu pour certains une priorité. Mais comment s’y prendre avec un budget serré ? Par où commencer ? Faut-il changer de fournisseur d’énergie, de chaudière ?Faut-il produire son énergie?

Voici un tour d’horizon des différentes méthodes, techniques et démarches pour gagner en efficacité énergétique chez soi, et sentir la différence sur ses factures d’énergie et son confort chez soi rapidement.

Faire un diagnostic de performance énergétique

Première étape pour résoudre un problème : trouver la source. Toutes vos démarches pour économiser de l’énergie seront vaines si vous n’identifiez pas les sources de déperditions calorifiques dans votre logement. Obligatoire dans le cadre des locations immobilières, le DPE a notamment pour but :

  • d’informer le locataire/propriétaire sur la consommation énergétique du logement (en kWhEP/m2/an), dans une démarche éco-responsable ; 
  • de sensibiliser cette personne aux conséquences de sa consommation en énergie sur l’environnement et le climat, avec un classement allant de A à G.
  • de faire des recommandations au futur propriétaire ou locataire. 

À partir des résultats du DPE, les propriétaires et locataires peuvent mettre en oeuvre des solutions pour gagner en efficacité énergétique, à commencer par des travaux de rénovation énergétique

Entreprendre des travaux de rénovation énergétique

Premier critère de performance énergétique dans un logement : l’isolation. Le chauffage représente une part majeure des dépenses d’énergie dans les foyers français. Or, l’ensemble du parc immobilier souffre d’une mauvaise isolation : logements vétustes, mal entretenus, dégradations, usure normale, etc sont autant de facteurs qui tendent à dégrader la qualité de l’isolation.

Comment savoir si votre logement est mal isolé ? Plusieurs indices existent :

  • Une sensation constante de froid en automne / hiver malgré le chauffage allumé et les fenêtres fermées ;
  • Des murs froids et humides en permanence ;
  • La présence de champignons ou de moisissures au plafond, sous les fenêtres ;
  • D’importants écarts de température entre les pièces
  • Des courants d’air fréquents

Afin d’évaluer la qualité de votre isolation, vous pouvez faire faire un bilan thermique de votre logement par un professionnel : c’est la première étape d’une rénovation énergétique, et cela permet de disposer d’une meilleure température en été comme en hiver, tout en diminuant votre consommation d’énergie. L’isolation cible les principales sources de pertes de chaleur dans une maison et les prévient à l’aide de matériaux isolants. Ces grandes déperditions de chaleur peuvent se faire, dans l’ordre :

  • Par les combles et le toit : 1/3 des pertes de chaleurs dans une maison. Dans une maison, l’isolation des combles perdus ou habités est une priorité pour éviter les sensations de froids en hiver.
  • Par les murs : 1/4. Il s’agit des murs extérieurs comme intérieurs. Or, les premiers sont souvent négligés au profit des seconds, alors que les déperditions de chaleur passent aussi bien par l’intérieur que par l’extérieur.
  • Par les fuites d’air : 1/5. Conduits de cheminée, hottes de cuisine, huisseries mais aussi les gaines électriques et les serrures sont sources de fuites d’air dans une maison.
  • Par les fenêtres et vitrages : 15%. La pose de double ou triple-vitrage suffit généralement à renforcer l’isolation des ouvertures vitrées.
  • Par les sols : 5%. Premiers en causes : les planchers bas. Le problème peut se résoudre en posant des tapis ou une moquette.
  • Par les ponts thermiques : 5%. Difficile à traquer, les ponts thermiques sont des points de jonction qui engendrent d’importantes pertes de chaleurs car ils sont mal isolés.

Pour gagner en efficacité énergétique, il est indispensable de traquer les pertes de chaleur et de les prévenir. Attention cependant, l’objectif n’est pas d’empêcher la moindre fuite d’air : votre logement a besoin d’une ventilation et d’un renouvellement d’air régulier pour éviter l’effet « étuve ». Votre maison ne doit pas être complètement étanche.

L’isolation ne doit pas se faire au détriment du confort d’été : le choix des matériaux isolants est primordiale pour assurer un confort thermique l’hiver et une isolation acoustique et une aération l’été.

Transition énergétique oblige, les travaux de rénovation énergétique sont fortement encouragés par le gouvernement chez les particuliers. Des subventions et aides financières ont été mises en place afin d’inciter les propriétaires, bailleurs, locataires et copropriétés à rénover leur logement. Les plus connues étant :

  • Le Crédit d’Impôt sur la Transition Énergétique (CITE)
  • L’éco-prêt à taux zéro (éco PTZ)
  • Le programme « Habiter Mieux » de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH)
  • Les Certificats Économies d’Énergie
  • Les primes énergies
  • La TVA à 5,5%
  • Les aides locales et régionales

Le détail des différentes aides à la transition énergétique est disponible ici.

Choisir le bon système de chauffage

Pour gagner en efficacité énergétique, il faut choisir votre système de chauffage en fonction de vos besoins. Vous pourrez ainsi choisir entre une pompe à chaleur (il en existe différents types), une chaudière à basse température, à condensation, à granulés de bois, ou un poêle, ou un radiateur. Le plus onéreux étant sans doute la pompe à chaleur géothermique, le moins un simple radiateur ou un poêle à granulés de bois, qui en plus divise les factures d’électricité par deux.

Pour choisir le bon système de chauffage, il vous tenir compte de la surface et du type de logement, du nombre de pièces et d’occupants, et de vos besoins en chauffage (en fonction de votre présence moyenne dans le logement en semaine et en journée). Si vos équipements actuels sont vieux et / ou en mauvais état, les remplacer par des modèles plus récents permet de gagner de façon significative en efficacité énergétique, mais aussi de réduire considérablement les risques d’incidents (notamment avec les chaudières à gaz).

À noter : l’installation de certains système de chauffage comme les pompes à chaleur entre dans la catégorie des travaux de rénovation énergétique et peuvent faire l’objet de subventions de la part de l’État et de certains organismes.

Choisir le bon électroménager

Au moment de faire vos achats d’appareils électroménagers, portez une attention particulière aux étiquettes-énergies qui les accompagnent : ces dernières vous renseignent sur la performance énergétique des appareils, et leur consommation moyenne en kWh. Afin de gagner en efficacité énergétique, privilégiez-les modèles les moins énergivores possibles (ceux classés « A++ et A+ »), leur prix à l’achat est généralement plus élevé, mais il est rapidement amorti au bout de quelques années (voire de quelques mois) par les économies réalisées sur le long-terme.

Si vous craignez de vous tromper, des applications comme EcoGator (disponible pour iPhone et Android)  orientent les consommateurs vers les modèles les plus économiques et les moins énergivores. Outre ces critères, le niveau de décibel et les normes de sécurité sont

Évaluez attentivement vos besoins en électroménager : la mondialisation et les grandes enseignes poussent à la consommation, qui se répercutent souvent ensuite sur nos factures d’énergie. Si vous vivez seul(e) en appartement, un sèche-linge n’est pas indispensable : ils sont énergivores et coûtent cher à l’achat.

Foire aux questions

Comment réduire la consommation de ses radiateurs ?

Vos radiateurs ont beau être puissants et récents, leur consommation peut s’envoler si l’on ne prend pas les bonnes disposition, à savoir :

  • Entretenez-les régulièrement : passez le chiffon dessus (et dessous !) pour ôter la poussière qui bloque la diffusion de la chaleur
  • Purgez-les : enfilez une paire de gants puis, à l’aide d’une clé de purge ou un tournevis à tête plate, ouvrez le purgeur qui se situe en général sur le haut du radiateur. Laissez l’air sortir du chauffage jusqu’à voire couler de l’eau du radiateur. N’oubliez pas de remettre le purgeur en place.
  • Veillez à ce que rien ne se trouve sur leur chemin : un radiateur aurait beau être poussé à fond, s’il est caché derrière un meuble ou un rideau, il aura du mal à chauffer efficacement la pièce
  • Équipez-les de robinets thermostatiques pour éviter de chauffer inutilement la pièce.

Comment réduire la consommation de ses plaques de cuisson ?

Tout dépend du type de plaques : elles peuvent êtres électrique, à induction, vitrocéramiques ou à gaz. Les premières sont les plus énergivores.

  • Pour réduire la consommation de vos plaques, la première chose à faire est de les entretenir régulièrement afin que rien ne vienne obstruer la diffusion de la chaleur. Si vous avez une table à gaz, la couleur des flammes vous renseignent sur l’état des plaques.
  • Pendant la cuisson, couvrez vos casseroles, poêles, fait-touts et cocotte-minutes.
  • D’ailleurs, ces dernières sont 60% plus économiques que les casseroles. À privilégier donc.
  • Pensez à décongeler les aliments avant de les faire cuire, en les laissant pendant quelques heures dans le réfrigérateur ou en les faisant décongeler à l’air ambiant.
  • Éteignez la plaque de cuisson un peu avant la fin de la cuisson, surtout pour une plaque de cuisson vitrocéramique ou électrique, car ce type de plaque de cuisson continue à chauffer pendant environ 10 minutes.

Changer de fournisseur d’énergie permet-il de gagner en efficacité énergétique ?

Les fournisseurs d’énergie commercialisent des contrats de fourniture d’électricité et / de gaz naturel et décident la politique tarifaire, mais de base, la qualité de l’énergie fournie est la même : électricité et gaz sont acheminés et distribués par les mêmes gestionnaires de réseau pour l’ensemble des fournisseurs et des consommateurs. En revanche, certains fournisseurs proposent des solutions de gestion et de maîtrise de la consommation qui permettent de gagner en efficacité énergétique. EDF par exemple, a mis au point Sowee, une station connectée chargée d’analyser pour mieux réguler la consommation d’énergie d’un logement grâce à des capteurs. Engie (ex-GDF-Suez) a fait

Changer de fournisseur ne permet pas en soi de gagner énergétique, il faut pour cela analyser son profil de consommation et mettre en place les mesures nécessaires pour améliorer la performance énergétique de son logement.

article

Article écrit par :
Alice

calendrier 18 juillet 2017

( éditer )

Commentaires

0 Avis

  0/5

Laisser un commentaire

En savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis : cliquez ici