Quelles sont les énergies vertes en France en 2022 ?

annonce

annonce

Le développement des énergies renouvelables en France est une nécessité pour lutter contre le réchauffement climatique, mais aussi pour renforcer l’indépendance énergétique du pays. La guerre en Ukraine est venue rappeler cette impérieuse nécessité.

L’hydroélectricité est la première source d’électricité renouvelable en France et la deuxième source de production électrique derrière le nucléaire (67%). La filière photovoltaïque et la biomasse, surtout le bois, sont en plein essor. En revanche, l’éolien est à la traîne et plombe les résultats.

Les énergies vertes sont en constante progression depuis plusieurs années et représentent 13,1 % de la consommation d’énergie primaire et 19,1 % de la consommation finale brute d’énergie en France.

Mais c’est encore trop peu pour pouvoir remplir les objectifs fixés par la loi de transition énergétique pour la croissance verte votée en 2015 et l’accès à une énergie verte pour tous. Celle-ci établit une feuille de route jusqu’en 2050 avec des étapes intermédiaires en 2020 et 2030. Les objectifs de 2020 n’ont pas été atteints, et pour 2030, c’est mal parti.

Tour d’horizon des énergies renouvelables en France…

L’énergie verte, qu’est-ce que c’est ?

L’énergie verte est produite à partir de sources d’énergies renouvelables, comme l’éolien, la géothermie, l’hydraulique, le solaire, ou encore provenant de la biomasse (biogaz, bois, gaz de décharge, gaz de stations d’épuration d’eaux usées…).

Les avantages de l’énergie verte est qu’elle est, à la fois, propre et renouvelable; c’est-à-dire qu’elle est issue de sources durables et qu’elle n’émet peu ou pas d’émissions de gaz à effet de serre.

Une énergie est dite “propre” si elle est très peu, voire non polluante. Le nucléaire, par exemple, est une énergie propre car il ne produit pas de gaz à effet de serre qui s’échappent dans l’atmosphère. C’est une énergie dite décarbonée. Cependant, elle n’est pas renouvelable car elle a besoin d’uranium pour sa conception, et ce combustible est une ressource limitée. À l’inverse, une énergie renouvelable est une ressource illimitée, comme le vent, le soleil, la terre et l’eau – bien que cette dernière soit limitée, elle fait tout de même partie des énergies renouvelables.

Une offre verte, qu’est-ce que c’est ?

Une offre est dite “verte” si le fournisseur injecte dans le réseau une quantité d’énergie d’origine renouvelable équivalente à la consommation de ses clients. Pour le prouver, les fournisseurs d’énergie verte doivent présenter des garanties d’origines (GO). Celles-ci certifient, au niveau européen, la traçabilité administrative de l’énergie verte.

Cependant, il y a eu des abus. Ce dispositif permet d’acheter séparément des garanties d’origine et de l’énergie verte. Les premières sont vendues aux enchères par l’EEX (European Energy Exchange), certains fournisseurs en achètent donc, sans s’approvisionner auprès de producteurs de renouvelables , donc d’énergies moins polluantes. L’étiquette est verte, mais c’est tout.

Pour pallier cette fourberie de la part de certains fournisseurs, l’Ademe, l’agence gouvernementale de la transition écologique, a créé un label vert : “VertVolt”. Le but est de permettre aux consommateurs, qui veulent participer réellement à la transition écologique, de pouvoir différencier ceux qui proposent la meilleure énergie verte des autres.

Le saviez-vous ?

En 2019, selon le gouvernement, l’électricité verte représentait 27 % de la consommation totale d’électricité en France.

La liste des énergies vertes

L’hydroélectricité

La France dispose de l’un des plus grands parcs hydroélectriques d’Europe avec plus de deux mille installations. Cela représente près de 19% de la puissance électrique totale installée et 49 % de la production brute d’électricité renouvelable en France.

L’hydroélectricité est donc la première source d’électricité renouvelable en France et la deuxième source de production électrique derrière le nucléaire (67%).

L’hydroélectricité convertit l’énergie produite par l’eau (fleuves, rivières, chutes d’eau, courants marins…) en électricité. En général, une installation hydroélectrique est composée d’un barrage, qui permet de stocker l’eau et de la rediriger vers une usine de production.

Le saviez-vous ?

Cependant, la production d’hydroélectricité est variable d’une année à l’autre car elle dépend du débit de l’eau et de la pluviométrie. Plus il pleut, plus la production sera importante, et inversement.

Il existe quatre types d’installations hydroélectriques, suivant la durée de remplissage du réservoir :

Installations “au fil de l’eau” : elles turbinent tout ou une partie du débit d’un cours d’eau en continu. La production dépend donc de la puissance du cours d’eau.

Installations par “éclusées” : la capacité de stockage est minime, entre 2 et 400 heures de production, mais elles permettent de moduler, de manière journalière ou hebdomadaire, la production en retenant certains volumes d’eau. Qui seront utilisés lors des pics de consommation, comme lors de vagues de froid durant l’hiver.

Installations “centrale de lac” : il s’agit souvent de barrages importants qui permettent de retenir de grandes quantités d’eau. Ces installations permettent de fournir de grandes quantités d’énergie en peu de temps.

Installations “stations de transfert d’énergie par pompage” : aussi appelées STEP, elles permettent de stocker de l’eau pendant les périodes de faible consommation d’électricité et de la turbiner pendant les pics de consommation.

Énergies vertes - Barrage hydraulique

Le solaire

L’énergie solaire est produite grâce à la lumière du soleil et permet de produire de l’électricité, appelée énergie solaire photovoltaïque, ou de la chaleur, c’est l’énergie solaire thermique.

  • L’énergie solaire photovoltaïque

L’énergie solaire photovoltaïque convertit les rayons du soleil en électricité grâce à des panneaux photovoltaïques installés sur des bâtiments ou sur le sol.

La filière solaire photovoltaïque a commencé à réellement se développer en France à partir de 2009. En 2021, l’électricité produite a atteint près de 14,3 TWh, soit une augmentation de 12,6% par rapport à 2020. La production solaire représente aujourd’hui 3 % de la consommation électrique française totale; elle était de 2,8 % en 2020.

Le saviez-vous ?

Le parc solaire photovoltaïque français se situe principalement dans le sud. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur représentent 70 % de la puissance totale raccordée à la fin du premier trimestre 2020.

En termes d’installations photovoltaïques, la France se situe au quatrième rang en Europe, derrière l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni.

  • L’énergie solaire thermique

Quant à l’énergie solaire thermique, elle produit de l’électricité via une production de chaleur. Qui peut être consommée sur place pour le chauffage domestique ou pour la production d’eau chaude sanitaire par exemple, ou bien injectée dans le réseau de distribution d’électricité.

En 2020, la filière solaire thermique représente à un peu plus de 1 % de la production d’électricité en France. Si elle était particulièrement dynamique jusqu’aux années 2010, son développement s’est considérablement ralenti durant la dernière décennie.

La géothermie

La géothermie est une technique qui consiste à exploiter la chaleur de la Terre afin de la convertir en électricité grâce à des centrales géothermiques. Il s’agit de l’une des seules énergies renouvelables qui ne dépend pas des conditions climatiques, comme le solaire, l’éolien et l’hydraulique, mais sa production d’électricité reste encore marginale. La France a d’ailleurs mis en place une politique volontariste afin de soutenir la filière et son développement via des aides.

La production d’électricité en géothermie dépend de la profondeur à laquelle l’énergie est extraite. Soit elle est utilisée pour le chauffage urbain, soit pour la production d’électricité.

En France, l’énergie géothermique sert essentiellement à la production de chaleur grâce à des réseaux de chaleur ou pour un usage direct (chauffage de serres, de piscines et d’établissements thermaux, l’aquaculture et le séchage…).

Énergies vertes - Installation géothermie

L’énergie éolienne

L’énergie éolienne utilise le vent pour produire de l’électricité. Il existe deux types d’éoliennes : celles installées sur terre et sur mer.

La production d’électricité par l’éolien n’a fait qu’augmenter depuis ses débuts au milieu des années 2000. Aujourd’hui, elle représente 8,2 % de la consommation électrique française.

Au niveau européen, la France est pourvu du deuxième parc éolien après la Grande-Bretagne. Et, durant les prochaines années, la France devrait développer considérablement la filière éolienne afin de répondre à ses engagements pris lors de l’adoption de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte et par la Directive Européenne sur les Énergies Renouvelables. Il s’agit d’atteindre 33 % d’énergies renouvelables dans la consommation totale d’énergie de la France d’ici 2030.

La biomasse

L’énergie biomasse consiste à produire de l’électricité et du carburant grâce à la chaleur générée par la combustion des matières organiques végétales ou animales (bois, végétaux, déchets agricoles, ordures ménagères organiques) ou par la fermentation de celles-ci pour le biogaz.

Il existe donc deux techniques de biomasse pour produire de l’énergie :

La biomasse par combustion : les matières organiques sont brûlées et produisent ainsi de la chaleur, de l’électricité ou les deux à la fois dans le cas de la cogénération.

La biomasse par méthanisation : les matières organiques sont transformées en biogaz via un processus de fermentation, et sont ensuite brûlées. Ce biogaz obtenu est très proche du gaz naturel et est essentiellement composé de méthane.

Le saviez-vous ?

L’énergie provenant de déchets végétaux affiche un bilan carbone neutre car sa combustion génère autant d’émissions de gaz à effet de serre qu’elle n’en absorbe lors de la photosynthèse, durant leur croissance. C’est pourquoi, pour que la biomasse soit considérée comme une source d’énergie renouvelable, il faut que sa consommation soit inférieure à sa régénération.

Quel est le bilan des énergies renouvelables en 2021 ?

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) publiée au Journal Officiel du 18 août 2015, a pour ambition de :

  • lutter contre le réchauffement climatique.
  • préserver l’environnement.
  • renforcer l’indépendance énergétique du pays tout en permettant aux particuliers et aux entreprises un accès à l’énergie à un coût compétitif.

Pour y arriver, la loi fixe des objectifs à moyen et long termes :

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % en 2030 par rapport à 1990.
  • Réduire la consommation énergétique finale de 50 % entre 2012 et 2050 avec un objectif intermédiaire de 20 % en 2030.
  • Réduire la consommation énergétique primaire d’énergies fossiles de 30 % en 2030 par rapport à 2012.
  • Augmenter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 33 % de la consommation finale brute d’énergie en 2030.
  • Réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % d’ici 2025.

Malheureusement, selon l’étude annuel 2022 de l’observatoire Obser’ER, réalisé en partenariat avec l’Ademe et la Fédération des collectivités concédantes et régies (FNCCR), la France est encore loin d’atteindre les objectifs.

Si la filière photovoltaïque se porte bien et affiche de bons résultats pour 2021, l’éolien ne se développe pas comme il le devrait.

En effet, fin septembre 2021, la puissance installée de l’éolien terrestre est de 18,5 GW. Elle a augmenté d’à peine 1 GW par rapport à l’année précédente. Un chiffre encore loin des objectifs fixés, le but étant d’atteindre 24,1GW d’ici 2023.

Du côté de l’éolien sur mer, ce n’est pas beaucoup mieux. La puissance installée est de 263 MW alors que l’objectif 2023 est de 2400 MW. Un énorme retard qui devrait être comblé par la mise en service du premier parc marin du pays, au printemps 2022, au large de Saint-Nazaire.

Si la filière éolienne accuse une telle lenteur, certains experts parlent d’un retard de dix ans, c’est à cause des lourdeurs administratives qui imposent des délais d’autorisation très longs. En effet, la mise en place de parcs éoliens est soumise au droit à l’environnement et implique donc toute une série d’études. De plus, certains projets sont mis en attente du fait d’un manque d’acceptabilité de la part des populations locales. Ce qui entraîne parfois des recours en justice, et donc ralentit considérablement son développement.

Résultat : La France est à la traîne et risque de ne pas atteindre son objectif de 33% de production d’énergie verte pour 2030. Déjà en 2020, alors que la part des énergies renouvelables aurait dû être de 23 % de la consommation finale brute d’énergie selon la loi, elle n’atteignait que 19%.

Si rien n’est fait, à ce rythme, atteindre l’objectif de 2030 est une chimère.

Changez de fournisseur gratuitement

09 72 50 77 40

Annonce

Changez de fournisseur gratuitement

Cliquez ici !

Annonce

FAQ

Qu'est ce que l'énergie verte ?

L’énergie verte est produite à partir de sources d’énergies propres et renouvelables; c’est-à-dire qu'elle est issue de sources durables et qu’elle n’émet peu ou pas d’émissions de gaz à effet de serre comme l’énergie éolienne, géothermique, houlomotrice et marémotrice, hydraulique, solaire, ou encore provenant de la biomasse (biogaz, bois, gaz de décharge, gaz de stations d’épuration d’eaux usées…).

Quels sont les avantages de l'énergie verte ?

Les avantages de l’énergie verte est qu’elle permet de lutter contre le réchauffement climatique en évitant de rejeter des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Certaines énergies vertes permettent également de réduire les dépenses énergétiques comme l’installation de panneaux solaires ou l'utilisation de la géothermie par exemple.

Comment produire de l'énergie verte ?

Il existe différentes manières de produire de l’énergie verte :

  • L’hydroélectricité convertit l’énergie produite par l’eau.
  • L’énergie solaire est produite grâce à la lumière du soleil.
  • L’énergie éolienne utilise le vent.
  • L’énergie biomasse profite de la chaleur générée par la combustion ou la fermentation des matières organiques végétales ou animales.
  • La géothermie utilise la chaleur qui émane de la terre.

Mis à jour le 5 Déc, 2022

redaction Qui sommes-nous ?
Redactor

Julie Roussel

Rédactrice experte des sujets en énergie

Commentaires

bright star bright star bright star bright star grey star

Pour en savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis cliquer ici