La rénovation énergétique

Faites toutes vos démarches en 5 minutes seulement

09 72 50 77 40

Service gratuit et ouvert du lundi au dimanche de 8h à 21h - annonce

Faites toutes vos démarches en 5 minutes seulement

Commencez en ligne

Service Gratuit

En période de transition énergétique, la rénovation énergétique des maisons individuelles est l’un des enjeux gouvernementales les plus prioritaires. Afin d’inciter les particuliers à mettre leurs logements aux nouvelles normes, des aides aux économies d’énergie ont été mises en place par le gouvernement afin de gagner en efficacité énergétique sans avoir à passer par la banque.

Faire des économies d’énergie, cela commence par bien choisir son fournisseur d’électricité : Agence France Électricité vous accompagne dans cette démarche au 09 72 50 77 40 (service et appel gratuits), du lundi au vendredi de 8h30 à 21h et le samedi de 9h à 19h.

Très rentables, les travaux de rénovation énergétique nécessitent au préalable d’établir un diagnostic de la consommation énergétique du logement, afin d’établir précisément la liste des travaux et le devis nécessaires à la rénovation. Les aides a la rénovation concernent aussi bien les maisons anciennes que les bâtiments récents : la plupart des aides de l’état vont généralement aux travaux d’isolation.

La rénovation énergétique : pour qui ? Pourquoi ?

Les travaux de rénovation énergétique sont la grande préoccupation des pouvoirs publics, et pour cause :

« Plus de la moitié des résidences principales ont été construites avant la première réglementation thermique de 1974, qui n’était pas très exigeante », explique Matthieu Paillot, directeur général de Teksial, « et 68 % avant celle de 1981, qui a renforcé – un peu – les impératifs dans ce domaine. En outre, seul un quart des logements sont énergétiquement efficaces. »

Le parc locatif français est notamment tristement connu pour être mal chauffé, ou du moins difficile à chauffer, ce qui occasionner souvent des surconsommations d’énergie pour parvenir à garder une température ambiante dans le logement. L’isolation thermique est donc la priorité pour toute entreprise de rénovation énergétique.

La rénovation énergétique des logements a un objectif double :

  • Réduire la consommation d’énergie dans les logements
  • Réduire les dépenses énergétiques et les factures d’énergies des foyers français.

La rénovation thermique de l’habitat concerne l’ensemble des consommateurs et des ménages en France. En fonction de l’état du logement, la liste des travaux à réaliser sera plus ou moins longue. D’où l’intérêt de faire réaliser un audit énergétique du logement par un professionnel afin d’identifier les points forts et les points faibles de l’habitat.

Tous les chantiers de rénovation énergétique sont différents. Ainsi l’agence de la maîtrise de l’énergie (ADEME) précise-t-elle :

“Les interventions efficaces ne seront pas forcément les mêmes, en fonction du type de bâtiment (construction ancienne, bâtiment des années 60…), de sa configuration (bâtiment de plain-pied ou à étage, compact ou non…), de sa structure (pierre, brique,bois…) ou de la zone climatique dans laquelle il est situé (zone méditerranéenne, montagnarde, atlantique…)”.

L’organisme rappelle en outre que le DPE (diagnostic de performance énergétique) n’est absolument pas suffisant pour effectuer une rénovation énergétique complète.

Dans tous les cas, consultez des professionnels pour l’audit énergétique de votre maison

La rénovation énergétique en pratique

Entreprendre une rénovation complète de l’habitat, c’est d’abord s’y prendre bien à l’avance pour organiser les travaux : par quoi doit-on commencer ?

Optimiser l’espace 

En premier lieu, l’ADEME préconise de profiter des “espaces tampons”, des zones stratégiques qui vont protéger des températures basses ou élevées les pièces les plus susceptibles d’être exposées.

Orientez les pièces à vivre (salon, chambre, etc) qui doivent être chauffées en priorité et lumineuses, vers le sud, et à l’inverse, les pièces de service vers le nord. Les chambres étant principalement occupées de nuit (exception faite des chambres d’enfants) nécessitent un chauffage de façon modéré ou par intermittence, ce ne sera pas votre priorité.

N’est pas architecte qui veut : pour repenser l’organisation de vos espaces intérieurs, n’hésitez pas à vous tourner vers un expert de l’agencement intérieur, vous trouverez les meilleurs architectes d’intérieur sur Internet. Son rôle :  trouver des solutions pour allier économies et rapidité d’exécution, et échelonner les travaux.

L’isolation : point central de la rénovation

L’isolation est l’étape la plus importante.

S’il est une étape indispensable pour mettre en place une rénovation énergétique efficace dans un logement, c’est bien celle-là. Les travaux d’isolation sont absolument prioritaires sur tout autre type d’intervention. La première cause de déperdition de chaleur dans une maison est la mauvaise qualité de l’isolation : on estime que la déperdition calorifique moyenne va jusqu’à 25% pour les toits et les murs.

Ceci s’applique pour une maison construite avant 1975 et non isolée. L’isolation bien réalisée vous permettra de couper court aux courants d’air et doit être réalisée sur des endroits stratégiques comme le plancher ou les fenêtres. C’est la condition sine qua non d’un confort en hiver (la chaleur est conservée à l’intérieur) comme en été (le logement respire sans l’effet « étuve »).

Pour une isolation optimale, on accentuera l’isolation extérieure autant que l’intérieur. Pour savoir par où commencer et quel poste privilégier, référez-vous à l’audit thermique. Choisissez également des matériaux de qualité.

Rénovation énergétique : l’importance de la ventilation

Isoler est primordial, mais gare à l’effet bocal ! Rendre son logement hermétique ne veut pas dire bloquer toute source de renouvellement d’air. Pour rester étanche, assurer l’évacuation de l’humidité et la qualité de l’air intérieur sont des étapes primordiales. Dans la logique des choses, les travaux de ventilation suivent ceux d’isolation.

Sur ce sujet, l’ADEME affirme que :

“La meilleure solution est d’installer un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC). Il doit être conçu pour renouveler votre air sans rejeter trop de calories à l’extérieur, ce qui pourrait augmenter sensiblement votre facture de chauffage”.

Suggestion de l’ADEME : installer une VMC double flux.

Le choix du système de chauffage 

La quatrième et dernière étape des travaux de rénovation énergétique concerne le remplacement de votre système de chauffage. Cette étape fait suite à l’agencement de l’espace, l’isolation et la ventilation. Il est important de respecter l’ordre de ces travaux.

Choisir le système de chauffage le plus économique tout en assurant un chauffage homogène et suffisamment efficace pour le logement est également une équation à plusieurs inconnues : chauffage au gaz ? Au fioul ? Électrique ? Chaudière ou pompe à chaleur ? Et les planchers chauffants ?

Les chaudières à “ventouse” sont aussi à recommander car elles consomment moins de combustible.

Critère de choix : l’énergie utilisée. Il faut toujours privilégier des énergies issues de sources renouvelables (bois, panneaux solaires…).

Sur ce point, l’ADEME précise que :

“ Une isolation très performante, bien mise en œuvre accompagnée d’une ventilation efficace sont les fondations indispensables pour conjuguer économies d’énergie, confort et durabilité du bâti”.

Le remplacement des radiateurs pour des modèles à inertie complétera installation.  La rénovation doit être faite par une entreprise certifiée RGE pour pouvoir bénéficier d’aides aux travaux énergétiques.

Foire aux questions

Quelles sont les aides de l’état pour la rénovation énergétique ?

Le gouvernement a mis en place des solutions et subventions financières pour alléger le devis de rénovation énergétique des consommateurs, parmi lesquelles :

  • Le Crédit d’Impôt à la Transition Énergétique (CITE) ;
  • Les primes énergies délivrés par les fournisseurs d’énergie
  • Le programme « Habiter Mieux » de l’Agence Nationale pour l’Habitat ;
  • L’éco-prêt à taux zéro ;
  • La TVA à taux réduit ;
  • Le chèque énergie (délivrés par l’administration fiscale) ;

Le versement de ces aides sur la base de critères d’éligibilité, et pour certains, il dépend du plafond de revenus du demandeur.

La rénovation énergétique est-elle envisageable pour un logement social ?

La question de la consommation énergétique dans les logements associés avait fait l’objet d’une étude menée en 2009. Le Grenelle de l’environnement avait fixé en 2009 un objectif national de réhabilitation des 800 000 logements sociaux les plus énergivores d’ici 2020. Pour contribuer à cet objectif et permettre aux organismes HLM d’y répondre dans les meilleures conditions, la Caisse des Dépôts avait mis en place un prêt sur fonds d’épargne destiné à la rénovation thermique de ces logements : l’éco-prêt logement social. Il s’agit d’un prêt dont le montant peut aller de 9.000 à 16. 000 euros par logement réhabilité. S’il est possible, après les travaux, de justifier de l’obtention d’un label de performance énergétique, une prime supplémentaire de 2000€ peut être accordée.

Une enveloppe de 1,2 milliards d’euros a été débloquée avec un taux d’intérêt attractif de 1,90% sur 15 ans ou 2,35% sur 20 ans. Il aura suffit de deux ans pour que cette enveloppe soit entièrement consommée.

 

Redactor

Ecrit par Alice

Mis à jour le 22 Oct, 2020

Commentaires

star star star star star

En savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis :