Facture électricité : la déchiffrer

Comprendre sa facture d’électricité n’est pas toujours simple, entre le coût d’acheminement, d’énergie, des taxes, des parties fixes, variables et les différentes options tarifaires, il y a de quoi être perdu dans cette jungle de chiffres et lettres cryptées !

Vous souhaitez une assistance personnalisée pour mieux comprendre votre facture d’électricité? Les conseillers papernest vous répondent et vous conseillent du lundi au vendredi de 8h30 à 21h au 09 72 50 77 40.

Facture d’électricité : premières explications

Une facture d’électricité (ou de gaz) se divise en trois parties.

  • la part acheminement de l’énergie jusqu’au domicile
  • les taxes et les contributions, elles sont au nombre de 4 pour l’électricité (et 5 pour le gaz naturel)
  • la fourniture de l’énergie, partie la plus connue des consommateurs, elle comprend la production d’énergie et les coûts des services clientèle

La facture, quelle que soit l’offre, comprend une part fixe qui correspond à l’abonnement et une variable qui se réfère à l’énergie consommée. Cette dernière est de l’ordre de 80 % de la facture qui parvient juste dans la boite au lettres, virtuelle ou réelle. Le prix de l’énergie change d’un fournisseur à l’autre, c’est à ce moment qu’il est intéressant de comparer les offres. Pour cela, le médiateur national de l’énergie a créé un comparateur en ligne indépendant, (energie-info.fr). Il suffit de renseigner sur la ville, le type de consommation, les habitudes pour qu’il vous soit donné un panel des offres d’électricité les moins chères et des plus chères. Vous pouvez aussi visualiser une facture interactive mise en place par le médiateur national de l’énergie.

Ce que représente la facture d’électricité pour une maison

La consommation électrique dans une maison dépend de la surface à chauffer et de la présence ou absence d’un chauffage électrique.

Quelques exemples :

  • Une maison de 70m 2, chauffée et approvisionnée en eau chaude avec de l’électricité pour trois personnes consomme chaque année environ 9 900 kWh, pour 27 kWh par jour.
  • Dans une maison de 150 m2 où vivent 4 personnes qui ne sont pas alimentées en eau chaude et chauffage électrique, le chiffre passe à 20 000 kWh par an, et 54 kWh par jour.
Un instant sur un kWh

1 kWh correspond à la consommation d’un four allumé à 200° pendant une heure. Avec un seul kilowatt-heure, on peut regarder la télévision entre 3 et 5 heures selon la taille et technologie de l’appareil. On peut lancer un cycle de lavage et s’éclairer pendant 2h avec une lampe halogène, contre 7h avec 7 lampes basse consommation.

Un seul kilowatt-heure (kWh) peut améliorer le confort thermique en chauffant un foyer pendant environ 45 minutes. Dans la salle de bain, on ne peut pas faire grand chose avec cette seule unité, car une douche demande 2 kWh, par contre, on peut faire un bout de chemin, 2 km avec une voiture électrique, pour se rendre au bureau où un ADSL fixe consomme 1 kWh en 8h.


La facture d’électricité en colocation

Un des premiers points à établir au préalable, la question des factures à partager peut mettre parfois prématurément fin à une colocation. Ce type de contrat est soumis au paiement d’un quote-part de loyer. Les factures communes à acquitter comprennent :

  • les frais d’abonnement ;
  • les factures à proprement parler.

Même si un abonnement est à nom unique, le paiement incombe à tous. Des baux individuels précisent le quote-part de chaque colocataire dans le contrat. Il est possible de limiter la mention à un pourcentage lorsque le montant n’est pas connu au moment de la signature.

L’un des colocataires part en vacances ? Il peut être établi qu’il n’aura pas à payer, ou à l’inverse, une famille frileuse de passage dans l’espace d’un des résident alourdi la facture du responsable. La possibilité de négociation dans le règlement doit être mentionné dans le document de référence pour éviter les litiges. Les compagnies d’énergie peuvent proposer de signer un contrat pour l’ensemble de la colocation. Une autre possibilité consiste à laisser les colocataires être co-titulaires du contrat. Ensuite le montant inscrit dans la facture est réparti selon le quote-part ou pourcentage décidé.

Pour éviter les retards de paiement, volontaires ou involontaires, il est recommandé que chaque colocataire établisse un ordre de virement permanent pour la durée du bail vers le compte du co-locataire titulaire du contrat d’abonnement.

Facture d’électricité moyenne

D’un mois à l’autre, la consommation d’électricité varie selon la consommation du foyer, la taille du logement, son type, le nombre d’occupants, l’électroménager et les habitudes de chacun. Une répétition avant le prochain concert dans le garage ou lessive en masse de mi-saison peut faire pencher la balance de temps en temps, mais le fournisseur d’électricité choisi propose des abonnements qui lui sont aussi propre. Selon la puissance du compteur et du prix du kWh, une estimation est faite, et bien souvent les consommateurs constatent une surfacturation ou surestimation : mais le mieux vaut trop que pas assez est la sécurité la plus pragmatique qui est décidée par l’ensemble des fournisseurs au moment d’envoyer l’énergie et la facture.

Chaque entreprise chargée de l’énergie propose des formulaires d’estimation en ligne pour permettre en quelques clics d’estimer la consommation de chacun selon les critères mentionnés plus haut. Cette évaluation permet de comparer au mieux les différentes offres et prix annuel correspondant à la consommation réelle. Le budget annuel est alors à diviser par douze pour connaître vos mensualités.

Pour un profil moyen, en juillet 2017 le prix du kWh est établi à 0,13430 € chez Happ’e d’Engie, pour 0,16830 € chez Enercoop.

En cas de facture d’énergie trop élevée

Selon les chiffres officiels, la consommation finale d’électricité, non corrigée par les variations climatiques a progressé en 2015 de 1,8 %, en cause les conditions météorologiques difficiles de l’année précédente. Ce chiffre varie bien évidemment en fonction du secteur d’activité de référence, et depuis quelques années, une consommation primaire des énergies connaît des évolutions contrastées liées aux conditions climatiques. Le bond énergétique a justifié la forte baisse des prix de gros et le relancement de l’intérêt économiques des fournisseurs alternatifs à l’échelle locale qui combine production électricité et gaz.

Si toutefois votre facture d’électricité vous semble anormalement élevée par rapport à votre consommation habituelle, sans lien avec les augmentations touchant l’ensemble des foyers, il se peut que le fournisseur ai mal relevé la consommation sur le compteur ou que l’erreur ait été commise. Une facture trop élevée à cause d’une mauvaise estimation du fournisseur peut faire l’objet d’une contestation. Malgré les échanges téléphoniques ou demande écrites, si le fournisseur ne permet pas d’obtenir une régularisation des sommes indûment payées, il convient d’engager une procédure à l’amiable.

Rappel

L’article L121-87 du Code de la Consommation précise « L’offre de fourniture d’électricité ou de gaz naturel précise, dans des termes clairs et compréhensibles […] les prix des produits et services à la date d’effet du contrat ainsi que, le cas échéant, les conditions d’évolution de ces prix. […] La mention du caractère réglementé ou non des prix proposés et de la possibilité pour une personne ayant renoncé aux tarifs fixés par l’état pour un site donné de revenir ou non sur ce choix » et enfin « Les moyens, notamment électroniques, d’accéder aux informations relatives à l’accès et à l’utilisation des réseaux publics de distribution, en particulier la liste des prestations techniques et leurs prix, les conditions d’indemnisation et les modalités de remboursement applicables dans l’hypothèse où le niveau de qualité de la fourniture d’énergie ou la continuité de la livraison ne sont pas atteints. »

Foire Aux Questions

Comment est répartie la facture d’énergie ?

La facture d’électricité se lit en fonction de trois parties distinctes sur le papier rendu : une pour le fournisseur, une pour le distributeur, une pour les taxes. Quelle que soit la quantité d’énergie consommée, le montant de l’abonnement est le même.

Quelles sont les taxes imposées aux particuliers ?

Les taxes représentent 38 % du prix du kWh, au 1er janvier 2017. La TVA n’est pas la seule taxe à prendre en compte dans la facture finale, ainsi, il y a respectivement :

  • CTA, la Contribution Tarifaire d’Acheminement correspond à 27,04 % de la part fixe du TURPE. Elle finance les droits spécifiques relatifs à l’assurance vieillesse des employés des industries électriques et gazières ;
  • TVA constitue 20% du prix du kWh et 5,5 % de l’abonnement ;
  • TCFE, cette Taxe sur la Consommation Finale de l’Électricité est une taxe locale reversée aux communes et départements, son coût, variable, est plafonné à 9,6 €/Mwh ;
  • CSPE, la Contribution au Service Public de l’Électricité finance le développement des énergies renouvelables, la péréquation tarifaire (qui correspond au mécanisme de redistribution visant à réduire les écarts de richesse) et le TPN. En 2017, la CSPE reste stable à 22.5€/MWh.

Qu’est ce que le kilowattheure ?

Cette unité correspond à 1000 watt heure et mesure la consommation de chaque foyer en énergie. Le Wh est la quantité produite en une heure par une machine d’un watt.

Achat groupé : puis-je vraiment réduire ma facture ?

Pour obtenir un prix du kWh plus bas, il est de plus en plus fréquent de choisir des achats groupés d’électricité. Chaque fournisseur est à-même de pouvoir proposer cette option. Le site officiel du fournisseur recueille les demandes de chaque consommateur intéressé et négocie une remise exceptionnelle pour une offre du marché plus intéressante.

article

Article écrit par:

calendar 21 juillet 2017

( update )

Commentaires

0 Avis

  0/5

Laisser un commentaire

En savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis : cliquez ici