ErDF devient Enedis

En mai 2016, Erdf devient Enedis. Pour les consommateurs, la transition ne se fait pas sans mal. Mais que veut dire “Enedis” ? La signification d’Enedis est un mystère : que signifie cette nouvelle marque ? Enedis marque-t-il la fin des activités d’ErDF ? En 2015, lorsque GDF-Suez (et non GRDF) devient Engie, la confusion qui est semée chez les abonnés est telle que deux ans plus tard, le quiproquo demeure : qui fait quoi et pourquoi ? Qui est le fournisseur ? Le gestionnaire ? Pourquoi ce changement de nom ?

Souscrire à tous vos contrats d’énergie avec Agence France Électricité : 09 72 50 77 40, du lundi au vendredi de 8h30 à 21h et le samedi de 9h à 19h.



ErDF qui devient Enedis, c’est une page de l’histoire EDF qui se tourne. Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les changements de nom se succèdent chez les fournisseurs d’énergie, une reconversion parfois difficile à suivre pour les non-initiés. Quelle différence entre ErDF et Enedis ? Le numéro de téléphone est-il le même ? Pourquoi le gestionnaire de réseau a-t-il changé de nom ? Si vous confondez sans cesse EDF, ErDF et Enedis, cet article est fait pour vous. Retour sur la transformation du gestionnaire de réseau de distribution d’électricité français au cours de ces quinze dernières années : d’ErDF à Enedis.

De ErDF à Enedis : le parcours

En mai 2016, ErDF s’est refait une beauté : changement de nom et changement de logo. C’est toute son identité visuelle qui a été redéfinie, mais uniquement. Sa stratégie a également évolué : là où ErDF rappelait la vieillissante institution EDF en France, Enedis se veut résolument tourné vers l’avenir, véritable acteur de la transition énergétique grâce à des services connectés et proches des consommateurs.  Pour comprendre l’origine de ce changement, il faut remonter à la source, à l’époque où le marché de l’énergie en France était dominé par les géants EDF et GDF-Suez.

1946 / 2007 : Le monopole des fournisseurs historiques en France

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Etat français vote une loi de nationalisation des entreprises d’électricité : EDF est créé. L’entreprise va participer activement à la reconstruction du pays en gérant la pénurie et en harmonisant les standards électriques existants. Vient ensuite Gaz de France qui, par une opération de fusion d’entreprises, s’est associé au groupe Suez à partir du 22 juillet 2008 pour former le nouveau groupe GDF Suez.

Pendant plus d’un demi-siècle, EDF et GDF ont eu le monopole sur la distribution et la fourniture d’électricité et de gaz en France. Les consommateurs n’avaient pas l’embarras du choix : EDF pour l’électricité et GDF pour le gaz, point. Jusqu’en 2007, les consommateurs particuliers étaient systématiquement abonnés aux tarifs réglementés d’EDF pour l’électricité et à ceux de GDF pour le gaz. Les deux entreprises géraient tout de A à Z : production, transport, distribution et fourniture d’énergie.

L’ouverture du marché à la concurrence

Tout a changé à la fin des années 1990. Dès 1996, une directive européenne amorce la libéralisation du marché de l’énergie en Europe, et particulièrement en France. Les activités d’EDF seront progressivement séparées et affectées à des entités distinctes. Ainsi, le Réseau de Transport Electrique (RTE) est créé et il existe toujours aujourd’hui. La fourniture et la commercialisation d’électricité est progressivement ouverte à la concurrence pour les professionnels d’abord en 2003 puis entièrement en 2007.

Des fournisseurs alternatifs (Direct Energie, eni, Total Spring (ex-Lampiris) Planète OUI, Antargaz, etc) émergent en France qui font concurrence (timidement au début) à EDF. Les français peuvent désormais choisir entre plusieurs offres, plusieurs tarifs et plusieurs fournisseurs d’électricité, mais seuls les anciens fournisseurs historiques continuent de proposer les tarifs réglementés du gaz et de l’électricité.

La naissance d’ErDF

Conséquences de la loi sur la séparation des activités des fournisseurs d’énergie, EDF est aussi dans l’obligation de séparer ses activités de fourniture et de distribution de l’électricité : la production comme la commercialisation de l’électricité sont devenues des activités concurrentielles. En revanche, le transport et la distribution de l’électricité relèvent toujours du service public, puisque étant toujours des activités régulées par l’État français.

C’est ainsi ERDF devient le gestionnaire du réseau de distribution français le 1er janvier 2008, ainsi que GRDF pour le gaz. ERDF assure une mission quasi publique puisqu’il couvre 95% du territoire français, le reste étant géré par des entreprises locales de distribution (ELD) comme Electricité de Strasbourg. Bien qu’étant une filiale à 100% d’EDF, ErDF est investi d’une mission de service public, et par là obligé d’appliquer les mêmes tarifs et délais à l’ensemble des consommateurs, y compris les non-abonnés EDF.

La transition vers le nouveau nom

ErDF, EDF, GDF, GRDF… Plusieurs années après la libéralisation du marché et l’émergence de la concurrence, bon nombre de français ignorent encore qu’ils peuvent choisir librement leur fournisseur d’énergie et plus de 9 foyers sur 10 souscrivent encore chez EDF alors que des offres moins onéreuses existent ailleurs. Par ailleurs, les consonances et les logos trop proches de EDF et ERDF d’une part et de GDF et GRDF d’autre part entretiennent la confusion sur le rôle de chacun.

Sur demande de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), les quatre sociétés de redoublent d’effort pour se distinguer les uns des autres et informer les consommateurs sur leur mission.

C’est ainsi que GDF change de nom en 2015 pour devenir Engie et qu ’ERDF est rebaptisé Enedis en mai 2016 après avoir changé de logo. Ces changements sont purement esthétiques et sémantiques, cela n’a aucun impact sur les tarifs ou les services proposés et les consommateurs n’ont aucun changement à faire sur leur installation. Ils marquent la scission d’avec leur maison mère et leur volonté de se forger une identité propre et durable.

Le logo et la signification d’Enedis

Contrairement à Engie qui est une contraction du mot “énergie”, ou Enedis n’a pas de signification propre, ce n’est pas non plus un acronyme. D’autant affirme que le nom provient de la fusion des mots « énergie » et « distribution”, mais rien n’est moins sûr, même si cette hypothèse reste hautement crédible. Le nom a été choisi pour refléter la transformation et la modernisation du service public de l’électricité à travers le recours au numérique, aux compteurs Linky et aux smart grids. Enedis veut être un acteur central du déploiement des énergies renouvelables sur l’ensemble du territoire.

Un logo conçu et travaillé dans un but

L’entreprise souhaitait un nom facile à comprendre et à prononcer et qui « renvoie également aux valeurs de proximité. » Le logo s’inscrit donc dans la continuité du précédent. Il veut réitérer les « valeurs d’innovation et de performance » de l’entreprise, « tout en symbolisant la force du lien. » Au travers d’une typographie moderne et lisible, le bleu reprend la couleur des véhicules d’intervention, bien connu de tous les Français, alors que le « e » vert « connecté » incarne le progrès, l’innovation, la transition énergétique et le monde numérique.

Comme prévu, l’entreprise conserve sa signature « l’électricité en réseau » , symbole « d’un service public qui ne s’impose pas aux gens, mais qui se construit avec eux. » L’entreprise a réalisé, à l’occasion de ce changement de nom et de logo, un petit film d’animation, informant sur le passage d’ERDF à Enedis et où elle veut apparaître « plus agile, plus réactive et plus connectée » à son écosystème industriel. Elle y met l’accent sur quatre mots : territoires,  clients, engagements et avenir, associés au possessif « nos » .

Foire aux questions

Que signifie le changement de nom pour les consommateurs ?

Concrètement, cela signifie qu’aujourd’hui, EDF est devenu un fournisseur d’électricité parmi d’autres. En revanche, il n’existe qu’un seul réseau d’électricité, lequel alimente l’ensemble des consommateurs dans les mêmes conditions, indépendamment du choix de votre fournisseur. Pour garantir l’exercice d’une concurrence loyale entre fournisseurs d’électricité, le législateur a exigé la séparation juridique des activités de fournisseur et de distributeur d’électricité d’EDF, ce qui a abouti à la création de fait d’ERDF l’année qui a suivi la libéralisation du secteur.

Enedis ou EDF ? Comment savoir qui contacter ?

Pour tout ce qui concerne votre contrat ou encore votre facture d’électricité, c’est à EDF, ou bien à tout autre fournisseur d’électricité chez lequel vous êtes abonné qu’il vous faut vous adresser. Autrement dit, c’est votre fournisseur d’électricité qui se charge de gérer la partie commerciale et la relation client.

En revanche, si votre demande concerne certaines interventions techniques (coupure, panne réseau, dysfonctionnement, relève du compteur), telle une ouverture de compteur par exemple, Enedis (ex-ERDF) est votre seul interlocuteur. Seuls les agents de ce gestionnaire de réseau sont habilités à intervenir pour un raccordement ou un dépannage

Je déménage, dois-je contacter EDF ou Enedis ?

Si vous déménagez dans un logement précédemment occupé (déjà construit), c’est à votre fournisseur d’énergie qu’il faudra vous adresser pour souscrire à un contrat d’électricité ou de gaz et faire ouvrir le(s) compteur(s) si ce n’est pas déjà fait. En revanche, si vous déménagez dans un logement neuf n’ayant jamais été raccordé à l’électricité, c’est Enedis qu’il faudra contacter afin de demander le branchement et l’installation d’un compteur pour votre nouveau logement.

Est-ce EDF ou Enedis qui se charge de la mise en service de l’électricité ?

La mise en service de l’électricité désigne l’intervention qui consiste à “mettre le compteur à son nom” ou encore “faire ouvrir le compteur”, elle est assurée par Enedis sur demande du fournisseur d’électricité (EDF ou un autre).

Toutes les dernières actualités sur l’énergie :

article

Article écrit par:

calendar 26 juillet 2017

( update )

Commentaires

0 Avis

  0/5

Laisser un commentaire

En savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis : cliquez ici