Quels sont les meilleurs fournisseurs d’énergie verte en France ?

Selon le dernier rapport du CRE (Commission de Régulation de l’Énergie) de 2019, la part des énergies renouvelables représentait 21,5% du mix énergétique français bien loin derrière le nucléaire (70,6%) pour lequel la France est le champion du monde de la production rapporté à sa population. La loi de Transition Énergétique a fixé pour objectif la réduction du nucléaire à 50% du produit énergétique à horizon 2035 et la part des énergies renouvelables à 32% d’ici 2030.

L’énergie verte qui s’est déjà imposée auprès d’un certain nombre de ménages risque donc de se démocratiser encore davantage dans les années à venir. Quels sont les meilleurs fournisseurs d’énergie verte en France ? Qu’entend-on véritablement par énergie verte ? Comment s’y retrouver parmi les offres plus ou moins trompeuses ? Le point sur les offres d’électricité respectueuses de l’environnement.

Energie verte : de quoi parle-t-on ?

La fourniture d’énergie verte aux particuliers repose la revente aux ménages d’une électricité issue de l’approvisionnement et/ou de la production d’énergies renouvelables. Celle-ci peut prendre différentes formes dont notamment :

  • L’hydraulique qui consiste en la conversion des mouvements de l’eau (énergie cinétique de l’eau) en énergie électrique à travers une centrale hydroélectrique ou un moulin à eau. L’hydraulique représente 11,2% du mix énergétique français.
  • Le solaire : l’énergie électromagnétique provenant du soleil est transformée en énergie électrique grâce à des panneaux photovoltaïques. Le solaire pèse 2,2% du parc énergétique français mais tend à se développer de plus en plus. En savoir plus sur les centrales solaires dans cet article.
  • L’éolien : énergie cinétique du vent transformée en électricité grâce à un dispositif aérogénérateur. L’éolien est le successeur du moulin à vent. L’éolien représente 6,3% de la production d’énergie totale en France.
  • Les bioénergies qui sont les formes d’énergie stockées par la biomasse tels que les résidus agricoles et forestiers (bois, biocarburants) et les déchets organiques (biométhane) qui peuvent être retraités pour produire de la chaleur ou de l’électricité. Encore peu utilisés, ils pèsent aujourd’hui moins de 2% du parc de production énergétique français (1,8%).

 

Ces énergies renouvelables n’émettent aucun gaz à effet de serre, sont totalement gratuites et par définition inépuisables puisque se trouvant à l’état naturel. 

L’énergie verte est-elle vraiment verte ?

Difficile de distinguer l’électricité produite à partir de sources renouvelables de l’électricité produite de façon classique. Une fois injectée dans les réseaux de distribution, celles-ci se mélangent rendant ainsi impossible la traçabilité. Les pouvoirs publics ont ainsi mis en place un système dit des garanties d’origine afin de distinguer l’énergie verte de l’énergie plus traditionnelle. Cette traçabilité, effectuée dès en amont est inscrite dans un registre national des garanties d’origine dont l’obtention permet le transfert et l’utilisation de l’énergie. Un producteur d’énergie pourra alors faire authentifier et certifier sa production pour obtenir la garantie. Un fournisseur, pour sa part, devra acheter l’électricité et la garantie d’origine soit auprès d’un même producteur (électricité verte premium) soit auprès de différents producteurs (électricité verte standard).

 

Pour être qualifiée d’énergie verte, l’énergie produite doit ainsi répondre à un certain nombre de critères bien encadrés par la réglementation : 

 

 

  • L’électricité doit avoir été achetée sur les marchés dits spéciaux. Elle doit ainsi être authentifiée avec un “Certificat de Garantie d’Origine » (GO) attestant du caractère renouvelable des sources d’énergie utilisées pour la production. 
  • Les fournisseurs d’énergie verte doivent ainsi s’engager à acheter de l’électricité renouvelable à proportion de la consommation de leurs clients en kW/h.
  • Le fournisseur doit également mentionner la source de production de l’électricité verte recueillie (éolien, hydroélectrique, solaire, biométhane etc.). La plupart du temps, l’électricité verte est issue de barrages hydroélectriques.
  • Certains fournisseurs proposent une offre “premium” qui les oblige dans ce cas à s’approvisionner uniquement auprès du même producteur d’électricité verte (contrat d’achat direct). On parle dans ce cas d’électricité verte premium

 

Energie verte : les fournisseurs à la loupe

Si l’énergie verte est une nouvelle donne concrète pour les consommateurs, elle n’en reste pas moins un nouvel enjeu de marché pour les entreprises qui se positionnent de plus en plus sur ce segment porteur.

De nouveaux arrivants sur le marché de l’énergie verte

La libéralisation du marché de l’énergie a conduit à l’arrivée d’une profusion de nouveaux acteurs notamment étrangers qui ont décidé de s’implanter sur le marché français en faisant de l’énergie verte un créneau de marché pratiquement exclusif pour certains d’entre eux. C’est le cas notamment du suédois Vattenfall, qui s’est introduit sur le marché français à grand renfort de communication verte. Le groupe scandinave, s’il a réorienté une bonne partie de sa production vers l’hydraulique et l’éolien, reste encore pour une bonne moitié dépendant du charbon du gaz et du nucléaire. C’est également le cas du géant espagnol de l’électricité Iberdrola, qui, au prix d’un gros effort d’investissement dans le solaire et l’éolien parvient à proposer une production aux ⅔ renouvelable. Néanmoins le groupe ibère réinvestit toujours massivement dans le nucléaire ternissant du même coup sa nouvelle image verte. Enfin, le mastodonte italien ENI, fournisseur d’électricité et de gaz naturel, hormis quelques actions symboliques, n’envisage pas dans l’immédiat de devenir fournisseur de gaz vert ou d’électricité verte en tournant la majorité de ses investissements vers l’exploitation et l’exploration du pétrole et du gaz.

 

D’autres acteurs dont le cœur de métier était éloigné de l’énergie se sont aussi lancés dans l’énergie verte. C’est le cas notamment du spécialiste français du e-commerce Cdiscount avec son offre Greenyellow qui s’approvisionne pour une grande partie sur le marché de gros de l’électricité, très peu issu d’énergies renouvelables. Le géant des hypermarchés Leclerc a également lancé son offre verte Energie E.Leclerc, qui s’approvisionne lui aussi sur le marché de gros et n’a pas pour projet d’investir massivement dans la production d’énergie renouvelable dans un futur proche. 

Quid des grands fournisseurs d’énergie traditionnels ?

Sous le poids des nouvelles réglementations et face à la demande croissante de leur clientèle pour une énergie décarbonée, les grands fournisseurs d’électricité se sont également lancés dans la course à l’énergie verte. Parmi eux, on recense notamment Engie qui commercialise une offre d’énergie verte et se revendique comme le plus grand fournisseur d’électricité verte dans l’Hexagone en nombre d’abonnés. L’historique fournisseur de gaz reste toutefois fortement dépendant du nucléaire et du charbon dans son mix énergétique global. Il en est de même pour Total qui, malgré un verdissement récent de son image avec notamment la création Total Energies, s’est engagé à convertir au moins un quart de sa production vers les énergies propres. Le chemin vers le 100% vert reste malgré tout encore très long pour l’un des plus grands producteurs de pétrole au monde. 

Les fournisseurs d’énergie exclusivement verte

De nouveaux arrivants sur le marché ont décidé de proposer une offre exclusivement verte à leurs clients. Ces nouveaux acteurs principalement français sont eux-mêmes producteurs d’énergie renouvelable ou a minima s’approvisionnent exclusivement auprès de fournisseurs utilisant uniquement des énergies renouvelables. On retrouve notamment parmi eux : 

 

 

  • Ilek : fournisseur d’énergie renouvelable qui propose l’approvisionnement en circuit court à partir de sources solaires, éoliennes et hydrauliques françaises.
  • Enercoop qui propose une offre également 100% renouvelable avec des contrats directs avec les producteurs et sous une forme de coopérative. Enercoop développe également sa propre production d’énergie renouvelable et propose de l’énergie issue du solaire, de l’éolien, de l’hydraulique et de la biomasse.
  • Urban Solar Energy qui s’approvisionne auprès de producteurs 100% verts utilisant l’hydraulique et le photovoltaïque. Le fournisseur met également l’accent sur le localisme en incitant ses clients à installer des panneaux solaires sur leur toiture pour rapprocher au maximum les lieux de production et de consommation.
  • Energie d’ici : fournisseur d’énergie 100% renouvelable qui collabore avec des producteurs locaux utilisant l’hydraulique, l’éolien et le solaire. 
  • Plum’Energie : fournisseur français exclusivement renouvelable qui s’approvisionne là encore en énergie hydraulique, solaire et éolienne et qui met en avant des prix compétitifs ainsi qu’un mécanisme incitatif de réductions en cas de limitation de la consommation d’énergie.
  • Planète Oui : fournisseur d’électricité totalement renouvelable, Planète Oui est également producteur d’énergie solaire photovoltaïque et a grandement accru ses capacités au cours des dernières années.

 

Pour y voir plus clair parmi cette multitude d’offres et de fournisseurs, l’ONG de protection de l’environnement Greenpeace a établi un baromètre des principaux fournisseurs d’énergie verte selon leur respect des critères environnementaux.

 

Baromètre vert (pourcentage d’approvisionnement ou de production issue d’énergies renouvelables et investissements ou non conduits en ce sens) Vraiment verts (approvisionnement et/ou production de 90 à 100% issu d’énergies renouvelables et investissements conduits dans ce sens) En bonne voie (approvisionnement et/ou production de 25 à 89% issu d’énergies renouvelables et investissements conduits dans ce sens) A la traîne (approvisionnement et/ou production de 0 à 25% issu d’énergies renouvelables mais investissements effectués dans ce sens) Vraiment mauvais (approvisionnement et/ou production de 0 à 25% issu d’énergies renouvelables sans investissements effectués dans ce sens)
Fournisseur Enercoop

Planète Oui

Urban Solar

Ilek

Plum’ Énergie

Mint Énergie

ekWateur

Alterna

Sélia

Geg

Energem

Cdiscount Énergie / Greenyellow

Lucia

Energies E. Leclerc

Ohm Énergie

Butagaz

Proxelia

Energies du Santerre

Iberdrola

Vattenfall

Engie (Happ-e)

Total Direct Energie

EDF Sowee

ENI

 

Quel prix pour une électricité verte ?

On aurait tendance à penser que l’énergie verte est plus chère que l’énergie classique. Ce n’est que très partiellement le cas avec notamment certaines entreprises qui s’en servent tout particulièrement comme un produit d’appel et qui proposent des réductions par rapport aux tarifs réglementés. C’est le cas notamment d’Iberdrola ou de Vattenfall qui passent par des certificats de garantie d’origine pour commercialiser leurs offres. D’autres plus petites structures parviennent malgré tout à maintenir des tarifs compétitifs grâce à un solide appui de leurs producteurs. C’est le cas notamment de Mint Énergie, OVO Energy ou Ilek qui parviennent à proposer des tarifs 10% moins élevés que les grands producteurs dont notamment EDF. Enfin, certains fournisseurs spécialisés ont pris le parti de proposer des offres plus chères justifiées par une énergie 100% renouvelable, produite exclusivement en France et mettant en avant le savoir-faire local. C’est notamment le cas d’Enercoop ou Planète Oui qui arrivent tout en haut du palmarès de Greenpeace pour la conformité au cahier des charges de la fourniture d’énergie verte.

 

Pour plus d’information sur l’actualité de la rénovation et de l’énergie rendez-vous sur La Plateforme De La Rénovation.

Mis à jour le 19 Nov, 2021

redaction Qui sommes-nous ?
Redactor

guillaumeh