COP21 : que retenir de la 21ème Conférence des Parties ?

Du 30 novembre au 11 décembre 2015, l’Organisation des Nations unies a convié les pays membres de la CCNUCC (Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques) à se réunir à Paris-Le Bourget pour discuter des mesures à mettre en place pour limiter le réchauffement climatique.

COP21 : qu’est-ce-que c’est ?

COP21

COP21 est l’acronyme utilisé pour désigner la 21ème Conférence des Parties, de l’anglais 21st Conference of the Parties, aussi appelée la Conférence des Etats signataires. Il s’agit d’une conférence internationale sur le climat qui rassemble les Etats signataires (L’Union européenne et 195 autres pays) de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) depuis 1997.

La COP21 en quelques chiffres

  • Plus de 150 chefs d’État et de gouvernement on été rassemblés à cette occasion ;
  • Les États se sont engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an, à partir de 2020, pour aider les pays en développement à lutter contre le changement climatique ;
  • 14000 représentants de 2000 associations non gouvernementales (ONG) se sont réunis dans le centre de conférence du Bourget.

Retrouvez tous les chiffres du gouvernements pour le COP21 sur ce site.

COP21 : une nouvelle phase de négociations dans la lutte contre le réchauffement climatique

La COP2, qui s’est déroulée à Paris Le-Bourget du 30 novembre au 11 décembre 2015, marquait donc la 21ème édition de cette conférence. Elle constitue une étape importante dans un long processus de négociations entre nations sur le climat :

  1. Sommet de la terre (1992) : reconnaissance du changement climatique causé par l’activité humaine et engagement des États membres à y faire face dans une convention internationale ;
  2. Protocole de Kyoto (1997) : les pays industrialisés s’engagent à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 5% ;
  3. Conférence de Copenhague (2009) : les États membres s’engagent à limiter le réchauffement climatique à 2°C. Toutefois, aucun objectif contraignant n’est fixé.
  4. Conférence de Lima (2014) : préparation des négociations de la COP21 pour conclure un accord à Paris

La COP21 marque un nouveau tournant dans les négociations de la lutte contre le réchauffement climatique. Le nouvel accord doit être :

  • universel, pour s’appliquer à tous les pays, et à la fois différencié, pour s’adapter à la situation de chaque pays (développés et en développement)
  • juridiquement contraignant : les pays signataires s’engagent à appliquer l’accord sur leur territoire

COP21 Accord de Paris

Les engagements de l’Accord de Paris

Les négociations pour l’élaboration de l’Accord de Paris se sont déroulées tout au long de l’année 2015 pour se conclure au cours de la COP21. Plusieurs rassemblements entre les négociateurs des Etats et entre les représentants des Etats ont eu lieu pour échanger sur l’enjeu climatique, que ce soit lors de rencontres, dans le cadre de l’ONU, de visites officielles et de sommets mondiaux. Ainsi, en amont de la COP21, chaque Etat a dû remettre à l’ONU un rapport de leurs contributions et de leurs engagements pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

L’Accord de Paris, conclu au terme de cette conférence, a donc pour objectif principal de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C. Il repose sur plusieurs principes fondamentaux :

  • Un objectif à long terme en matière de température,
  • Un plafonnement mondial des émissions de GES et une “neutralité carbone”,
  • La création de puits et réservoirs de gaz à effet de serre,
  • La coopération volontaire des états,
  • Un appui au financement, à la technologie et au renforcement des capacités,
  • L’éducation au changement climatique, la formation, la sensibilisation du public, sa participation et un accès à l’information,
  • La transparence, la mise en œuvre et le respect des dispositions de l’Accord.

L’Accord de Paris prévoit un bilan mondial en 2023 afin d’évaluer l’efficacité des mesures prises contre le réchauffement climatique, ainsi que l’engagement des pays membres dans cette lutte. Après ce premier bilan mondial, les Etats signataires se réuniront tous les 5 ans afin de superviser les évolutions du climat et ainsi adapter les démarches à mettre en œuvre.

Redactor

Ecrit par Angéline

Mis à jour le 28 Mai, 2021