Doit-on craindre une faillite éventuelle de son fournisseur d’énergie ?

Plus tôt dans l’année, le Royaume-Uni a connu un fait sans précédent : un grand nombre de fournisseurs d’énergie ont fait faillite. Plus précisément, la faillite a touché près de 21 fournisseurs d’énergie au Royaume-Uni. Elle est due notamment à la hausse des prix du gaz et de l’électricité sur les marchés de gros. Bien que la France semble encore être épargnée, beaucoup de ménages se demandent si leur fournisseur d’énergie actuel pourrait connaître le même sort.

Le nombre d’offres réduit par deux

Compte tenu de l’augmentation des prix des producteurs, les petits opérateurs n’arrivent presque plus à honorer les contrats établis avec leurs clients. De ce fait, les opérateurs qui ont récemment pris part au marché des fournisseurs alternatifs peinent à accueillir de nouveaux clients. Concrètement, un certain nombre de fournisseurs d’énergie français refusent les nouveaux clients.

On remarque d’ailleurs que le nombre d’offres a été réduit par deux, d’autant plus que les fournisseurs qui sont encore actifs ont augmenté leurs tarifs. La bonne nouvelle, c’est que les autorités ont décidé de sanctionner les fournisseurs qui augmentent leurs tarifs de manière considérable. Les sanctions pourraient également toucher les fournisseurs qui résilient des contrats.

Bien que pour l’heure, les détails précis concernant ces sanctions ne soient pas encore rendus publics, on sait qu’elles pourraient être sévères.

Un approvisionnement incertain

Si tant de fournisseurs d’énergie ont fait faillite au Royaume-Uni, c’est à cause du fait qu’ils comptaient sur les marchés de gros pour pourvoir leurs clients. Lorsque ces derniers ont augmenté leur prix, les petits fournisseurs n’étaient plus en mesure de maintenir leurs tarifs.

La même situation est en phase de toucher la France et les autorités prévoient déjà certaines mesures face aux fournisseurs d’énergie. En effet, les autorités prévoient des sanctions sérieuses contre les fournisseurs qui augmentent leurs tarifs et qui résilient des contrats de manière abusive.

En revanche, malgré l’urgence de la situation, les autorités ont mis en place un dispositif de secours. Déjà, les autorités compétentes ont décidé de geler le tarif réglementé, au moins pour protéger les consommateurs qui ont opté pour une offre au prix du marché.

Ensuite, un fournisseur de secours sera établi pour protéger les consommateurs français. Selon la Commission de Régulation de l’Energie, un système de fournisseur de secours pourrait prendre le relais en cas de défaillance du fournisseur principal.

Si vous êtes à la recherche d’un fournisseur alternatif et solide, n’hésitez pas à consulter les avis Vattenfall.

Fournisseur de secours : de quoi s’agit-il ?

Pour éviter les risques de coupures chez certains fournisseurs, le législateur a mis en place un système destiné à garantir la continuité d’approvisionnement. Il s’agit du « fournisseur de secours ». Le principe est simple : en cas de défaillance du fournisseur principal du consommateur, celui-ci basculera automatiquement chez le fournisseur de secours. Cette solution lui permettra d’avoir le temps de choisir une offre plus adaptée à ses besoins.

Pour l’heure, les conditions relatives au recours à ce type de service ne sont pas encore établies. Récemment, la CRE (Commission de régulation de l’énergie) a déjà transmis une proposition de cahier des charges au gouvernent. La mise en place de ce cahier des charges est prévue en 2022, sachant qu’il inclut un appel à candidature et la désignation d’un fournisseur de secours en électricité et en gaz. Il permet également de fixer le montant maximal de la majoration autorisée.

En attendant, ce sont les ELD (Entreprises locales de distribution) et EDF qui prendraient le relai. Dans tous les cas, l’idée est de proposer aux consommateurs des fournisseurs intérimaires et non fixes pour éviter les coupures en cas de faillite de leur fournisseur actuel.

Mis à jour le 10 Jan, 2022

redaction Qui sommes-nous ?
Redactor

guillaumeh