Annonces d’Emmanuelle Wargon : quels changements pour l’immobilier neuf et la loi Pinel à Bordeaux ?

Attendus avec impatience par les professionnels de la promotion immobilière et les investisseurs, les contours du nouveau dispositif Pinel ont été dévoilés par la ministre chargée du Logement en même temps que les conclusions sur la consultation citoyenne “Habiter la France de demain”. L’expertise de l’immobilier neuf avec un courtier spécialisé IMMO9 Bordeaux, votre courtier en immobilier neuf sur le territoire girondin, décrypte pour vous les annonces d’Emmanuelle Wargon.

Le bilan de la démarche « Habiter la France de demain »

Lors de son discours face aux journalistes le 14 octobre 2021, Emmanuelle Wargon a dévoilé les 10 idées qui ressortent des 9 mois de travail autour de la consultation citoyenne « Habiter la France de demain » :

  • Redorer l’image de l’habitat collectif
  • Construire des logements de qualité
  • Revitaliser des zones délaissées comme les entrées de ville ou les quartiers pavillonnaires en périphérie urbaine
  • Impliquer les élus locaux qui représentent la pierre angulaire de l’aménagement du territoire
  • Faciliter l’accès à un logement en impliquant l’ensemble des acteurs et en construisant davantage de logements sociaux et intermédiaires
  • Réduire drastiquement les coûts de construction pour rendre le logement plus abordable aux ménages français
  • Lutter contre la spéculation qui gonfle artificiellement les prix de l’immobilier
  • Favoriser les travaux de réhabilitation et de rénovation pour le bâti existant
  • Multiplier par 4 le volume annuel de bureaux vacants transformés en logements d’ici 10 ans
  • Améliorer l’offre de transports en commun

Cette vision de l’habitat du futur n’est encore qu’une esquisse, mais elle va servir de base pour définir les exigences pour bénéficier du dispositif Pinel +.

Quelles caractéristiques pour le futur Pinel + à Bordeaux ?

Emmanuelle Wargon compte s’appuyer sur le référentiel du logement de qualité établi par François Leclercq et Laurent Girometti pour définir les critères d’éligibilité à la nouvelle loi Pinel à Bordeaux

Des volumes en adéquation avec nos modes de vie

Le constat est sans appel : la superficie d’un appartement neuf apparaît comme un critère primordial pour évaluer sa qualité. Or, la surface des projets immobiliers sur plan s’est réduite ces dernières années :

  • Le rassemblement de la cuisine et du séjour a entrainé une compression des espaces et complique l’aménagement de cette pièce
  • Des chambres de moins de 9 m² souvent équipées d’un placard qui diminue encore la surface de 1 m²

Ces standards de construction ne répondent pas aux besoins de la population. Par conséquent, le Pinel + devra impérativement s’attacher à combler ses attentes et cela passe par une superficie minimale en fonction du type de logement :

  • 28 mètres carrés pour un T1
  • 45 mètres carrés pour un T2
  • 62 mètres carrés pour un T3
  • 79 mètres carrés pour un T4
  • 96 mètres carrés pour un T5

De plus, les citoyens ont confirmé leur besoin de disposer d’un espace extérieur après les confinements successifs liés à la pandémie de la COVID-19. C’est pourquoi les propriétaires-bailleurs devront privilégier l’acquisition d’appartements neufs équipés d’un espace extérieur, balcon ou terrasse, pour bénéficier de la défiscalisation sur leur investissement locatif.

Des appartements évolutifs

Pour répondre aux enjeux de l’habitat du futur, pouvoir faire évoluer son appartement en fonction de son usage ou de la composition de son ménage s’avère indispensable. Pour ce faire, le référentiel du logement de qualité livre plusieurs pistes :

  • Donner systématiquement le choix aux propriétaires entre une cuisine indépendante ou ouverte sur le salon pour les logements à partir du T3
  • Privilégier des techniques de construction qui facilitent la réunion ou la division des pièces, voire des logements
  • Ces spécificités requièrent un travail de concert entre le constructeur, le concepteur, la collectivité et l’aménageur.

Une performance énergétique optimale

À partir du 1er janvier 2022, chaque demande de permis de construire pour un programme immobilier neuf devra impérativement respecter la Réglementation Environnementale 2020 (RE 2020).

Cette nouvelle réglementation prend la mesure de l’urgence de réduire l’empreinte carbone de l’immobilier résidentiel en France. Elle vise également à alléger les finances des ménages français sur un point critique : les factures énergétiques.

Pour s’y conformer, les promoteurs devront :

  • Privilégier le recours à des sources d’énergie propres comme le solaire
  • Bâtir avec des matériaux biosourcés tels que le bois, le liège ou le chanvre
  • Prêter une attention particulière au confort d’été

En complément de ces nouvelles exigences, les experts du référentiel du logement de qualité prônent la construction de logements traversants ou qui bénéficient d’une double orientation pour accélérer la transition énergétique.

En effet, ces caractéristiques permettent de :

  • Limiter l’utilisation des climatiseurs et des ventilateurs électriques lors des épisodes de canicules de plus en plus fréquents dans l’hexagone</li>
  • Renouveler l’air naturellement dans l’appartement sans mettre en marche le système de VMC

Cependant, ces recommandations s’appliqueraient uniquement à partir d’un T3, car éviter la mono-orientation dans un studio ou un deux-pièces s’avère compliqué. Dans ce cas, le constructeur doit privilégier le recours à des systèmes qui favorisent la ventilation.

L’aide à la réhabilitation de Bordeaux Métropole pour les propriétaires bailleurs

À l’instar de l’ensemble des mesures prises en faveur de l’immobilier vert à Bordeaux, la métropole bordelaise propose un financement aux propriétaires bailleurs qui entreprennent la réalisation de travaux de réhabilitation et louent leur bien en conventionnement.

Ainsi, vous pouvez bénéficier d’aides et de subventions qui couvrent jusqu’à 80 % du coût de votre projet.

Le taux de subventions de l’ANAH varie en fonction du type de conventionnement et la nature des travaux exécutés. Par conséquent, vous pouvez obtenir une subvention comprise entre 35 et 45 % du montant des travaux HT si vous effectuez :

  • De très lourds travaux de réhabilitation d’un logement indigne ou insalubre
  • De lourds travaux de mise en sécurité
  • Des travaux d’adaptation du logement pour l’autonomie de la personne (âge ou handicap)

Si les travaux permettent de réduire les consommations énergétiques d’au moins 35 %, vous êtes éligible à une subvention qui représente entre 25 et 35 % du montant des travaux HT.

De plus, Bordeaux Métropole et les communes partenaires versent une prime, plafonnée à 80 m², de :

  • 1 000 euros par m² pour les travaux sur un logement indigne ou insalubre
  • 750 euros par m² pour les autres types de travaux mentionnés précédemment

Notez qu’en complément de ces aides, vous pouvez prétendre à une prime de :

  • 3 000 euros pour la mise en location d’un logement vacant depuis plus de 2 ans
  • 150 euros HT par m² pour la réduction du loyer, dans la limite de 80 m²
  • 2 000 ou 4 000 euros pour l’accueil d’un ménage prioritaire dans un logement conventionné en très social

Autre atout de l’aide à la réhabilitation de Bordeaux Métropole, elle est cumulable avec le dispositif MaPrimeRénov’ et l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ).

Quel impact du SRADDET sur l’aménagement de la ville de Bordeaux ?

Afin de réduire les déséquilibres et d’améliorer le confort de vie des Néo-Aquitains à l’horizon 2030, la région Nouvelle-Aquitaine a adopté un Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité des Territoires (SRADDET).

Après deux ans de travail et de multiples concertations avec les élus et les habitants de la région, le SRADDET de Nouvelle-Aquitaine érige 4 grandes priorités pour l’aménagement urbain :

  • Bien vivre dans les territoires
  • Lutter contre la déprise et gagner en mobilité
  • Produire et consommer autrement
  • Protéger l’environnement naturel et la santé

Pour parvenir à atteindre ces objectifs, le SRADDET néo-aquitain fixe 41 règles générales destinées à donner un cadre aux collectivités en charge d’élaborer les documents de planification et d’urbanisme. Par exemple :

  • Mobiliser en priorité le foncier au sein des enveloppes urbaines existantes
  • Privilégier le développement urbain dans des zones où les transports collectifs sont présents
  • Conforter ou revitaliser les centres-villes et les centres-bourgs
  • Faciliter l’isolation thermique par l’extérieur des bâtiments
  • Veiller à la préservation et à la restauration des écosystèmes, de la biodiversité et du paysage

Mis à jour le 15 Nov, 2021

redaction Qui sommes-nous ?
Redactor

guillaumeh