L’État soutient Areva SA dans son financement de l’EPR finlandais

Afin d’aider la multinationale nucléaire Orano (ex-Areva) dans sa construction d’un EPR (réacteur pressurisé européen) en Finlande, l’État français rachète des parts à la société.

Aider au financement de l’EPR Olkiluoto 3

À la hauteur de 994,1 millions d’euros, la somme payée par l’État, dans le cadre d’un soutien présidentiel apporté au nucléaire français, doit permettre au groupe nucléaire Orano de terminer les travaux de construction d’un troisième réacteur à la centrale nucléaire Olkiluoto. (l’EPR Olkiluoto 3).

Les deux premiers réacteurs de la centrale nucléaire finlandaise d’Olkiluoto avaient été construits en 1978 et 1990 respectivement. Il s’agit de réacteurs à eau bouillante. La mise en service d’Olkiluoto 3 devait en départ être finalisée en 2009.  Celle-ci a été progressivement reculée d’année en année par Areva.

La création de ce troisième EPR devrait grâce à cet appui être finalisée en 2022, c’est-à-dire avec 10 ans de retard. Ce délai était en partie dû à l’attente d’une autorisation de la part de l’autorité finlandaise de sûreté nucléaire (STUK).

D’autres facteurs tels que des problèmes de défaut de bétonnage de la dalle de fondation de l’EPR ont pu également contribuer à retarder l’achèvement de la structure nucléaire. La pandémie de Covid-19 n’a évidemment pas accéléré le processus ces deux dernières années, d’où cette nouvelle reprise en main par l’État.

Areva SA : une longue histoire de dettes

Ce sont en partie ces retards qui ont provoqué les dettes accumulées par l’ancienne Areva. L’État avait déjà eu recours à ce rachat de parts risquées d’Areva SA en réponse à ses pertes considérables qui s’élevaient à 10 milliards d’euros en 2017.

La société finlandaise TVO, envers qui Areva est actuellement endettée, signe avec cette dernière, en 2018, un accord qui fixe le montant à payer à la hauteur de 450 millions d’euros. En tant que société mère d’Orano, l’État français a donc décidé que mi-juillet 2021 il rachèterait 16,6 % du capital de Orano SA.

Au-delà de permettre d’achever la mise en place d’Olkiluoto 3 pour respecter le contrat signé par Areva SA en 2003, ce financement doit donc servir à relancer le groupe nucléaire en le sortant de sa longue histoire d’endettement. Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez sur ce lien.

Mis à jour le 19 Juil, 2021

redaction Qui sommes-nous ?
Redactor

Flore de Garidel

Rédactrice junior experte des sujets énergie